L’étrange justification des rétrocessions de Marie Fillon à son père

Ces affaires ça commence sérieusement a  » PUER  »trop c est trop ,   pour un monsieur Propre c est plus de casseroles mais une batterie de gamelles ……

 

L’étrange justification des rétrocessions de Marie Fillon à son père

Pour expliquer le reversement d’une partie de ses indemnités d’assistante parlementaire à son père, son avocat a déclaré au «Parisien» qu’elle voulait rembourser les frais avancés par ses parents pour son mariage, par souci d’égalité vis-à-vis de ses frères. Sauf qu’elle serait la première de la fratrie à s’être mariée.

La défense de la famille Fillon s’est-elle à nouveau pris les pieds dans le tapis ? Selon le Parisien de mardi, la fille de François Fillon, Marie, aurait reversé à ses parents plus de 70% des salaires touchés comme assistante parlementaire de son père au Sénat, entre 2005 et 2006. Soit quelque 33 000 euros, rétrocédés à intervalles plus ou moins réguliers sur le compte joint du couple. Le fils, Charles, qui a pris la suite comme collaborateur au Sénat à partir de janvier 2007, aurait également reversé une partie de son salaire, mais de l’ordre de 30% seulement.

Pour justifier les rétrocessions de la fille à ses parents, son avocat, Kiril Bougartchev, explique dans le quotidien : «Elle ne voyait pas en quoi son père devait lui offrir son mariage alors qu’il ne l’avait pas fait pour ses frères. Ce remboursement qu’elle a elle-même souhaité est à la fois un gage d’indépendance et d’égalité entre enfants.» Un mariage célébré le 26 août 2006.

À LIRE AUSSI :En acceptant 50 000 euros de costumes, François Fillon a-t-il enfreint la loi ?

Problème : Marie, l’aînée, 24 ans à l’époque, semble avoir été la première de la fratrie des cinq enfants à être passée devant le maire. La seule autre trace d’un mariage concernant les enfants Fillon concerne le second, Charles Fillon, et date de 2013, soit sept ans plus tard. Autrement dit, l’explication de la défense pour justifier l’égalité de traitement des enfants Fillon face au financement des mariages ne tient pas la route.

Contacté par Libération, l’avocat Kiril Bougartchev explique qu’il n’a «pas dit ça» au Parisien «Ce que j’ai dit, c’est qu’elle voulait être sur un même pied d’égalité que ses frères, par exemple que son frère Charles avait souscrit un prêt pour payer ses études, mais pas elle». Et de préciser que les versements ont commencé «fin novembre 2005». Rétropédalage ou mauvais retranscription par le Parisien ? Contactés par Libération, les journalistes du quotidien maintiennent la nature des propos rapportés par l’avocat dans leur article.

Luc Peillon

http://www.liberation.fr/elections-presidentielle-legislatives-2017/2017/03/14/l-etrange-justification-des-retrocessions-de-marie-fillon-a-son-pere_1555576?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#link_time=1489499204
Publicités

Un commentaire sur « L’étrange justification des rétrocessions de Marie Fillon à son père »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :