L’UDI ou l’assassinat idéologique de la droite

L’UDI ou l’assassinat idéologique de la droite

Tribune. Franck Margain, conseiller régional (LR ) d’Ile-de-France et vice-président du parti Chrétien-démocrate, met en garde le parti Les Républicains contre un excès d’accommodements avec l’UDI.

Après la tempête, voici François Fillon définitivement accepté comme candidat de la droite. Ce qui gênait chez lui s’est tout d’un coup évaporé, comme par magie. Il lui aura suffi d’intégrer certaines données dans sa campagne… Comprenne qui veut bien comprendre… En tout cas, la droite est repartie en campagne. Et forcément, la question des législatives s’est immédiatement posée. Car, s’il est élu Président, il lui faudra une majorité pour appliquer son programme. Et c’est là que certains arrangements blessent.

François Fillon a proposé un programme conservateur libéral, avec des qualités indéniables, et des déficiences. Logiquement les électeurs s’attendent à ce que ce soit ce programme-ci qui soit mis en oeuvre sous sa présidence. Or, les alliances faites avec l’UDI rendent son application très difficile.

SUR LE MÊME SUJET

L’UDI proche de la gauche Macron

Vous vous demandez certainement pourquoi. Et aussi pourquoi il y a une telle dispute entre l’UDI et la droite de type Parti Chrétien Démocrate. Car après tout, l’UDI est un parti revendiqué du centre droit, centre historiquement allié à la droite, et qui incluait jadis les démocrates chrétiens. En fait, les choses ont beaucoup évolué ces dernières années. Des recompositions idéologiques profondes ont eu lieu. L’UDI regroupe des formations politiques diverses allant du parti radical jusqu’à GayLib en passant par la Gauche Moderne. C’est une sorte d’héritier de l’UDF dont on aurait extirpé tout ce qui se rapportait à la démocratie chrétienne.

Idéologiquement, l’UDI est proche de la gauche libérale libertaire, la gauche Macron pour aller vite. Et cela se confirme à la lecture de leur programme. Parti fédéraliste européen, il demande, par exemple, la mise en place d’un ministère européen de l’immigration. Ce ministère aura la tâche d’évaluer les besoins économiques de chaque Etat-membre, de traiter les dossiers des migrants et de les répartir entre les pays de l’UE.

Les migrants, une vulgaire marchandise ?

Les institutions européennes se sont montrées inefficaces sur la question des frontières de l’UE. Comment peut-on leur confier ces missions supplémentaires ? Et en quoi le niveau fédéral est-il plus apte que les Etats à évaluer les besoins du niveau national ? N’est-ce pas là une violation du principe de subsidiarité ? Quant à ces migrants, sont-ils de vulgaires marchandises qu’on répartirait entre les pays selon les besoins ? Quelle est cette conception de l’humanité ?

Dans le domaine économique, l’UDI propose une augmentation de 5 points de la TVA, soit-disant pour baisser les charges des entreprises, une augmentation du temps de travail à 39 heures mais payées 35 heures ! C’est injuste et inefficace. On aura le deuxième taux de TVA le plus lourd du monde, une consommation freinée, et un impact mauvais sur les plus pauvres. En plus, il y aura une fronde populaire paralysante concernant ce travailler plus pour gagner moins.

Grosses divergences sur l’éducation

Sur l’éducation, l’UDI veut rendre obligatoire la scolarité dès 3 ans. La « scolarité », pas « l’instruction »… Les mots comptent beaucoup ici. Car dans notre pays, c’est l’instruction qui est obligatoire, pas la scolarité. Doit-on y voir une volonté d’abroger la liberté d’instruction, notamment la possibilité d’école à la maison ? Et puis 3 ans n’est-ce pas exagérément tôt ? Cela rappelle le projet socialiste d’« arracher » les enfants à leurs parents. Souvenons-nous du principe énoncé par Madame Rossignol : les enfants n’appartiennent pas à leurs parents (mais à l’Etat). Et Vincent Peillon : « Il faut être capable d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial »

Gare à « l »ingratitude de l’électorat catholique »

L’UDI préconise aussi la « mise en place d’un agrément et d’un contrôle de toutes les associations laïques ou religieuses en charge d’enfants ». C’est précisément le projet porté par le gouvernement socialiste qui voulait restreindre la liberté d’enseignement dans les écoles hors-contrat. Bref, on le voit, l’UDI est idéologiquement proche du centre gauche. Pourtant, elle a obtenu un accord avec LR sur un grand nombre de circonscriptions gagnables. Quand dans le même temps, le PCD peine à en obtenir une… Ainsi, l’éventuelle majorité à l’Assemblée sera très déséquilibrée, et le programme de droite inapplicable. Par exemple, sur la réécriture de la loi Taubira, il n’y aura tout simplement pas de majorité…

Pas de prime aux lâcheurs

Les électeurs de droite s’en rendent très bien compte et ils risquent de ne pas voter Fillon. L’électorat catholique est quant à lui particulièrement sensible à cela. Et on aurait tort de penser que cet électorat est captif. Il a porté Fillon dans les Primaires, et l’a secouru durant la tempête. Mais s’il constate de l’ingratitude, du mépris, ou s’il se sent floué, alors il saura réagir en conséquence. Et l’élection sera perdu.

Cela dit, il est encore temps de se ressaisir et de rééquilibrer les choses. Il est encore temps de montrer qu’il n’y a pas une prime aux lâcheurs. Il est encore temps, mais plus pour très longtemps.

      https://www.valeursactuelles.com/politique/ludi-ou-lassassinat-ideologique-de-la-droite-72546
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s