En Marche vers le retour de la « gauche plurielle » ?

En Marche vers le retour de la « gauche plurielle » ?

À mesure qu’Emmanuel Macron enregistre des soutiens, sa ligne politique devient de plus en plus illisible.

À mesure qu’Emmanuel Macronenregistre des soutiens, sa ligne politique devient de plus en plus illisible pour le journaliste lambda. Attrape-tout d’une lutte à mort contre l’opinion, majoritairement de droite et gagnée à l’idée du retour de la nation, Emmanuel Macronest le champion de forces sociétalistes moribondes pendant tout le quinquennat Hollande. Il a réussi à redonner confiance au zentrum, de François Bayrou à Robert Hue en passant par Pierre Bergé et Jacques Attali.

Plus significatif, il peut désormais compter sur les soutiens d’un grand nombre de personnalité du Parti socialiste. Emmanuel Macron est un produit du Parti socialiste, ce qu’il a réussi à occulter par une admirable mystification médiatique pensée par les publicitaires qui le soutiennent depuis le début de sa campagne.

Nonobstant la communication bien rodée des Bernard Mourad et autres Laurence Haïm, les déclarations conjointes de Bertrand Delanoë, Stéphane Le Foll, Jean-Yves Le Drian ou Claude Bartolone trahissent la nature du « projet » d’En Marche ! Qu’ils soient des soutiens proclamés ou des hésitants dont les convictions ne duperont personne, ils entendent tous ressusciter le miracle de la « gauche plurielle » qu’avait créée Lionel Jospin avant d’être sorti violemment de la vie publique par Jean-Marie Le Pen.

Oh, on tente bien de résister rue de Solférino. Vincent Peillon, habile analyste de la vie des idées grâce à sa formation de philosophe, essaie, par exemple, d’attaquer Emmanuel Macronsur l’un de ses points forts : le refus du clivage droite-gauche. Le positionnement du prétendant tient, en partie, d’un refus du politique des sociétés occidentales d’après la chute du bloc soviétique. Se voulant le chantre d’une gestion désidéologisée, forcément pragmatique, voire scientifique, Emmanuel Macronpense que nos sociétés se trouvent à un tournant dans lequel les « forces de la réaction » s’opposeraient au « bloc progressiste ».

Ces deux ensembles hétéroclites se composeraient d’éléments venus de la gauche comme de la droite.

Pour Vincent Peillon, cette stratégie consisterait en une « vérification expérimentale des propos de Marine Le Pen », Emmanuel Macron étant celui qui dirait « Mais regardez, elle avait raison, dans le fond, ce sont les mêmes, je suis capable d’aller de certains du PS à monsieur Arthuis à certains de droite ».

Au risque de surprendre, je suis assez d’accord avec Vincent Peillon. Emmanuel Macron incarne la politique de l’indifférenciation chimiquement pure. Il est la manifestation physique d’une idée presque kantienne : la « paix perpétuelle » peut être atteinte contre les peuples, les nations et l’Histoire, qu’il faut absolument rejeter dans un passé qui ne reviendra plus.

De Jacques Attali à Daniel Cohn-Bendit surgit une même méfiance à l’égard des nations vues comme étant consubstantiellement dangereuses et mauvaises. Ils ne peuvent pas dire qu’ils entendent participer à leurs destructions, mais ils sont intimement convaincus que la marche du monde va dans ce sens. L’électeur doit le comprendre.

Emmanuel Macron n’est pas que le candidat de ce qu’il prétend défendre. Il est un bulldozer au service d’une vision techno-administrative, post-politique organisée autour du « même ». Eh bien, pour ma part, je ne crois pas que ce projet soit adapté au monde en gestation. L’État-nation reste toujours un cadre pertinent qui peut nous protéger contre les tentations prédatrices des nouvelles souverainetés supranationales, qu’elles soient économiques ou idéologiques.

 http://linkis.com/www.bvoltaire.fr/gab/V2HW2
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :