Transparence de la vie publique : les candidats à la présidentielle s’engagent tous, sauf Fillon

Transparence de la vie publique : les candidats à la présidentielle s’engagent tous, sauf Fillon

L’ex-Premier ministre de Nicolas Sarkozy est le seul des principaux candidats à ne pas s’être engagé à respecter des mesures proposées par Libération

La transparence de la vie publique, la probité des élus et la moralisation des pratiques des décideurs politiques vis-à-vis de l’argent collecté auprès des contribuables… Voici quelques-unes des aspirations très marquées des citoyens à l’approche de l’élection présidentielle.

Afin de cerner quelles sont les ambitions des principaux candidats en la matière, le quotidien Libération a soumis à tous les candidats six engagements (lire ci-dessous) : « Tous sont évoqués comme des solutions raisonnables par plusieurs spécialistes de la transparence de la vie publique », assure le journal.

Fillon élude

Tous les candidats sollicités ont accepté de répondre favorablement aux six questions posées par le quotidien, « non sans opportunisme », est-il néanmoins précisé. Un seul d’entre eux n’a pas accepté de jouer le jeu, « après plusieurs sollicitations ». Il s’agit de François Fillon, « dont le programme ne prévoit rien en la matière », ajoute Libé.

Parmi les réponses des favoris, dont France Info publie quelques extraits, citons pêle-mêle Benoît Hamon, qui veut interdire le cumul d’un mandat de parlementaire avec les fonctions de conseil, mais aussi certains emplois familiaux. Emmanuel Macron, lui, veut vérifier « l’activité réelle » des collaborateurs parlementaires.

« Une seule rémunération »

Marine Le Pen, pourtant soupçonnée d’emplois fictifs pour certains de ses assistants au Parlement européen, entend « appliquer les règles » de l’instance communautaire en France au sujet de la question des emplois familiaux…

Jean-Luc Mélenchon, lui, estime qu’il doit être possible de « révoquer les élus », dans le cadre de la VIe République, qui figure dans son programme. Pour Philippe Poutou, il faut supprimer le Sénat et faire en sorte que chaque député ne touche qu’ »une seule rémunération, celle de son mandat ». Enfin Nathalie Arthaud souhaite que l’indemnité des parlementaires « ne dépasse pas le salaire moyen ouvrier ».

Les six questions posées par Libération

1. Êtes-vous favorable à l’interdiction pour tout député et sénateur de toucher une autre rémunération privée que son indemnité parlementaire, sauf si le déontologue certifie une absence avérée de conflits d’intérêts ?

2. Êtes-vous favorable à la prohibition des emplois familiaux, sur le mode de ce qui existe déjà au parlement européen ?

3. Êtes-vous favorable à la création d’un statut du métier d’attaché parlementaire ?

4. Êtes-vous favorable à la nomination d’un véritable déontologue doté de pouvoirs de contrôle et d’enquête dans chaque chambre et qui devra rendre des compte chaque année ?

5. Êtes-vous favorable à la suppression de l’Indemnité représentative de frais de mandat, mais remboursement des frais de représentation sur présentation de justificatifs ? http://www.sudouest.fr/2017/03/09/transparence-de-la-vie-publique-les-candidats-a-la-presidentielle-s-engagent-tous-sauf-fillon-3262570-6121.php

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s