Spectateur de la campagne, François Hollande trépigne

 

Spectateur de la campagne, François Hollande trépigne

VIDÉO – Selon Le Parisien, le président de la République disposerait d’une réserve de parrainages dans le cas, hautement improbable, où il souhaite se lancer.

Force est de constater que dans cette élection présidentielle tout peut arriver. La quasi-totalité des candidats attendus il y a un an ne seront pas sur la ligne de départ. Et certains candidats désormais inattendus pourraient vouloir s’y inviter au dernier moment. Selon une information du Parisien ce jeudi, le président de la République conserverait les moyens de créer la surprise, en conservant un «matelas» de 500 parrainages au cas où il déciderait de changer d’avis, sur le fil d’ici le 17 mars. Une perspective cependant hautement improbable.

Contacté par le Figaro le Conseil constitutionnel précise bien qu’il ne fait aucune «rétention de parrainages» «Tout est publié dès réception et après validation, on ne garde pas de parrainages sous le coude. On nous avait déjà accusés de pratiques similaires au sujet d’Alain Juppé», observe-t-on chez les Sages. Or aucun soutien à la candidature de François Hollande n’a jusqu’ici été rendu public. Ce serait donc plus probablement des «parrainages gelés», qui attendraient sur le bureau des élus, dont il s’agit. «En tout cas on a constaté que certains responsables ont été capables de faire ce genre de mobilisation, comme Alain Juppé. Il est passé en quatre jours de 1 à 241 parrainages», relève une source interne au Conseil constitutionnel.

Cazeneuve regrette l’absence de Hollande dans la course

Une chose est sûre, François Hollande regarde de près la campagne et ronge son frein de ne pas en être. «Je suis le seul à faire campagne contre Le Pen», peste, selon Le Parisien, celui qui a justement renoncé à se présenter. Un regret également exprimé par Bernard Cazeneuve mercredi, face à la presse européenne venue l’interroger à Matignon. «Le président de la République aurait été à mes yeux le meilleur candidat. Je l’ai dit à plusieurs reprises et je n’ai pas changé d’avis», a déclaré le chef du gouvernement, avant d’asséner: «Ceux qui ont joué la stratégie de son empêchement ont été bien mal inspirés».

Une forme d’amertume que François Hollande n’a lui pas dissimulé lors du conseil des ministres de mercredi, rapporte L’Opinion. «Les primaires représentent un véritable échec pour la Ve République et pour cette élection», a jugé le chef de l’État, qui en pourtant largement bénéficié en 2011. Il a par ailleurs longtemps hésité à s’y soumettre dans le courant de l’année 2016. «Les deux candidats issus des primaires, qui sont des candidats de gouvernement, ont tous les deux un problème de crédibilité, a-t-il poursuivi. L’un en raison de sa situation personnelle, l’autre en raison de son programme», a jugé le président, épinglant d’un seul propos François Fillon et Benoît Hamon. À noter qu’un autre candidat favori du scrutin a été épargné par ces critiques: Emmanuel Macron.  http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/03/09/35003-20170309ARTFIG00114-spectateur-de-la-campagne-francois-hollande-trepigne.php?utm_medium=Social&utm_campaign=Echobox&utm_source=Twitter&utm_term=Autofeed#link_time=1489101540

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s