Violence à Saint-Denis : huit mineurs déférés, 46 jeunes relâchés

Violence à Saint-Denis : huit mineurs déférés, 46 jeunes relâchés

uit mineurs seront présentés jeudi à un juge des enfants après les incidents qui ont éclaté mardi à Saint-Denis, tandis que 46 autres jeunes, également placés en garde à vue pour ces faits, ont été relâchés mercredi, a indiqué le parquet de Bobigny.

Les huit mineurs sont soupçonnés de « violences sur personne dépositaire de l’autorité publique », « attroupement armé » et « rébellion », a précisé le parquet. Les violences de mardi dans cette ville de Seine-Saint-Denis ont entraîné de vives attaques de la droite et du Front national contre le gouvernement.

« Je n’admets pas que l’on souffle sur les braises »

Najat Vallaud-Belkacem a rejeté les accusations de laxisme de la droite et de l’extrême droite après les violences près de lycées en Seine-Saint-Denis, accusant jeudi l’opposition de « jeter de l’huile sur le feu » et de « souffler sur les braises ». « Je n’admets pas que l’on souffle sur les braises, comme le font M. Fillon ou Mme Le Pen qui, je le rappelle, à titre personnel dans le cadre de cette campagne, se soustraient à la justice pour les affaires qui les concernent, passent leur temps à déclarer la justice de ce pays illégitime et non indépendante », a regretté la ministre de l’Education nationale sur RTL.

Fillon dénonce une « guerilla urbaine »

« Comment veulent-ils faire respecter cette même justice ensuite par les jeunes qui nous écoutent ? Commencez par vous occuper de vos affaires (…) respectez la justice de ce pays et ensuite seulement vous pourrez donner des leçons », a-t-elle ajouté. François Fillon, candidat de la droite à la présidentielle, a dénoncé mercredi « une véritable émeute, suivie d’une guérilla urbaine », tandis que Marine Le Pen, candidate du Front national, a critiqué une « réaction minimale » du gouvernement. Najat Vallaud-Belkacem a rappelé avoir renforcé la sécurité autour de plusieurs lycées de Saint-Denis, notamment le lycée Suger, après « l’intrusion de casseurs qui ont semé la terreur » mardi matin, munis de barres de fer et de fumigènes.

55 jeunes interpellés

Elle avait d’emblée condamné « avec la plus grande fermeté » ces faits « absolument inadmissibles », a-t-elle rappelé, soulignant que la police a « fait son travail » en interpellant 55 jeunes ensuite placés en garde à vue. « Les moyens sont mis en oeuvre, le travail se fait en bonne entente » avec les lycées et la police, a insisté la ministre. « Je ne suis pas dans la médiatisation, je suis dans le travail, dans l’action », a-t-elle ajouté, lançant une pique contre la présidente Les Républicains d’Ile-de-France Valérie Pécresse. « Quand Mme Pécresse, pour la citer nommément, va, avec 48 heures de retard sur les lieux, elle y va accompagnée d’une caméra pour jeter de l’huile sur le feu, je trouve ça détestable et cela ne règle rien », a encore affirmé Mme Vallaud-Belkacem.

En savoir plus sur http://www.midilibre.fr/2017/03/09/incidents-a-saint-denis-huit-mineurs-deferes-46-jeunes-relaches,1476485.php#FT6XA7ykuhPBHhXs.99

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s