« Si Fillon résiste, c’est aussi dans son intérêt financier »

« Si Fillon résiste, c’est aussi dans son intérêt financier »

Un banquier spécialisé dans le financement des start-up a sorti sa calculette. Selon ses estimations, qu’il reste ou qu’il parte, François Fillon s’y retrouve financièrement.

Pourquoi François Fillon ne lâche-t-il pas ? Acculé depuis l’annonce de convocation en vue d’une mise en examen dans le cadre de l’affaire des emplois fictifs présumés, lâché de toutes parts par sa famille politique, le candidat de la droite refuse toutefois de se coucher, comme on dit au Poker. Ce malgré l’alternative Alain Juppé. Pourquoi ce jusqu’au-boutisme ? Un des éléments de réponse réside peut-être dans le pactole mis en réserve par le micro-parti de François Fillon pour financer la campagne. C’est l’analyse d’un banquier spécialisé dans le financement des start-up, qui a sorti sa calculette – mais a préféré rester anonyme. 

« Si on regarde le strict intérêt financier du micro-parti de François Fillon on comprend mieux sa motivation à continuer la course.

En effet les primaires ont rapporté environ 16 millions d’euros ce qui, frais déduits, a laissé un « bénéfice » de 9,4 millions d’euros versés, non au parti Les Républicains, mais au micro-parti de François Fillon. Le coût de la campagne présidentielle – comme Nicolas Sarkozy le sait très bien – ne peut légalement excéder 16,8 millions d’euros pour les candidats du premier tour et 22,5 pour ceux qui atteignent le second tour.

Si, au premier tour , un candidat fait 5% des suffrages exprimés, l’Etat remboursera 47% du plafond, soit environ 8 millions d’euros et 10,7 d’euros au second tour.

Vous aimez cet article ?Inscrivez-vous à la Newsletter de l’Obs×

Il est donc tentant, avant de prendre la décision d’abandonner, de se poser la question des conséquences financières de ce noble geste.

Donc regardons un peu le business plan de cette start-up !

Outre le cash disponible en début de campagne de 9,4 millions d’euros, une campagne d’appel aux dons a été lancée. Le parti Les Républicains qui en attendait 4 millions d’euros est furieux de constater, selon leur trésorier cité par Mediapart, que les dons arrivent directement sur les comptes du micro-parti de Fillon…

Par hypothèse comptons la moitié, soit 2 millions d’euros déjà engrangés.

Soit donc une mise de départ de 9,4 + 2 = 11,4 millions d’euros.

Si le trésorier de Fillon est raisonnable, il a anticipé jusqu’au premier tour un budget au plafond, soit 16,8 millions d’euros dont les deux tiers pour les semaines à venir.

Donc, aujourd’hui, il aurait dépensé environ 6 millions et peut être encore formellement engagé 2 millions, soit en tout 8 millions.

Abandonner maintenant. Bénéfice : 3,4 millions d’euros

Imaginons un instant que Fillon abandonne demain, il restera dans la caisse « Fillon » 11,4 millions d’euros moins 8 millions d’euros soit 3,4 millions d’euros… pas mal pour rebondir.

Aller jusqu’au premier tour, sans forcer sur la dépense. Bénéfice : 5,4 millions d’euros

Si sa motivation est seulement financière, il peut aussi choisir d’atteindre simplement le premier tour (et passer les fameux  5%, ce qui est quand même à sa portée) en faisant le « service minimum », c’est à dire en dépensant « seulement » 11,4 millions sans même avoir à emprunter aux banques.

Dans ce cas il sera remboursé par l’Etat de 47% de ses dépenses soit 5,4 millions d’euros.

Soit un magot arrondi à 2 millions d’euros. Encore mieux pour voir venir.

Une analyse cynique de sa situation le pousserait donc à poursuivre l’aventure avec des dépenses réduites, par exemple en pestant contre le gouvernement et les manifestations qui l’obligent à annuler des meetings…

Aller au premier tour en dépensant jusqu’au plafond. Bénéfice : 2,6 millions d’euros

Maintenant, l’ego des hommes politiques étant immense, on peut imaginer un scénario plus volontariste où le candidat dépense le plafond soit 16,8 millions d’euros en empruntant 5,4 millions d’euros aux banques.

S’il n’atteint pas le second tour il reçoit 8 millions d’euros de l’Etat , rembourse ses dettes bancaires, il lui reste donc 2,6 millions d’euros soit nettement moins.

S’il atteint le second tour il doit dépenser plus, l’Etat lui donnant jusqu’à 2,7 millions de plus. Il pourrait cependant, s’il est prudent, garder sa cagnotte de 2 à 3 millions d’euros… Et pourrait donc être financièrement tenté de continuer l’aventure ».

Propos recueillis par Pascal Riché http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-2017/20170303.OBS6081/si-fillon-resiste-c-est-aussi-dans-son-interet-financier.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s