COMMENTAIRE. Affaire Fillon : la droite la plus suicidaire du monde

DE QUOI NOUS FAIRE DETESTER CE FELON UN PEU PLUS CHAQUE JOUR

COMMENTAIRE. Affaire Fillon : la droite la plus suicidaire du monde

François Fillon a gagné son bras de fer. Dimanche, sachant la réponse, il mettait son parti au défi de dénicher un candidat plus légitime que lui. Lundi, Alain Juppé, convaincu que François Fillon irait jusqu’au bout, a confirmé qu’il ne serait pas le recours. Hier encore, les sarkozystes demandaient à François Fillon de se choisir lui-même un successeur…

La bonne blague ! En réalité, à droite, chacun se renvoie la patate chaude. Personne ne veut porter la responsabilité de l’échec à une élection imperdable. Personne ne veut être accusé de diviser un peu plus une famille que la farouche volonté de renvoyer François Hollande devait ressouder.

Pour des raisons évidentes, Alain Juppé ne veut pas être le Saint-Bernard de la droite : son projet n’est pas celui que la primaire et les militants du Trocadéro ont privilégié les haines, les divisions, les démissions. Et les trahisons sont trop nombreuses pour espérer rassembler. Le temps est compté.

Il l’a dit en des termes testamentaires pour lui-même, cruels pour François Fillon et pour sa famille, puisqu’il ne daigne même plus soutenir son candidat, qu’il juge trop radicalisé.

Pour les mêmes raisons, il n’y a pas plus de plan C que de plan B. Il n’existe pas de procédure, pas de projet, pas de temps, pas de candidat légitime qui fasse l’unanimité. Et surtout pas d’indice, depuis des semaines, que François Fillon changera d’avis.

En tout cas, personne, pas même Nicolas Sarkozy, que la primaire a sèchement mis à la retraite, n’a l’autorité pour l’y contraindre. La rencontre de demain, entre eux deux et Alain Juppé, n’y changera rien. Pour des raisons à la fois psychologiques, réglementaires et politiques, il n’y aurait que François Fillon à pouvoir intimer un ordre à François Fillon !

Fillon, point final

Dès lors, il n’y plus de plan B. Ni de débat, si ce n’est pour définir les conditions à remplir pour essayer, en 48 jours, de limiter les dégâts.

Il reste surtout à essayer de confronter des visions, à entendre des candidats devenus inaudibles, après six semaines de saturation de l’espace médiatique par cette affaire d’emplois présumés fictifs.

Nous avions, en France, la gauche la plus inconséquente du monde : unie, elle pourrait espérer une qualification ; irréconciliable, elle est assurée d’échouer. Ça, on le savait.

Nous avons le centre le plus pulvérisé du monde : il change d’avis toutes les semaines et brade ses idées à la découpe. Faute de leader, c’était couru d’avance.

Nous avons la droite la plus suicidaire du monde : majoritaire, représentée par un candidat unique, elle n’a jamais été aussi près de la défaite. Ça, on ne l’avait pas anticipé.

Dans six semaines, il pourrait n’y avoir aucun candidat d’un parti dit de gouvernement au second tour de la présidentielle. Dans trois mois, il pourrait n’y avoir aucune majorité à l’Assemblée. C’est dire ce que vaudront les promesses électorales !

À vouloir sortir tous les sortants, on sait qui on licencie. Mais à force de ne plus rien maîtriser du tout, en partie à cause de primaires qui radicalisent les projets et d’un calendrier électoral qui met les hommes avant les projets, on ne sait pas dans quels bras on repousse les déçus de la vieille politique – ceux de l’abstention, de Marine Le Pen ou d’Emmanuel Macron ? – ni dans quelle proportion.http://www.ouest-france.fr/politique/francois-fillon/commentaire-affaire-fillon-la-droite-la-plus-suicidaire-du-monde-4839723?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s