« Assassinat politique » ou stratégie suicidaire ?

LA FRANCE POURRA DIRE MERCI A F FILLON CE GRAND JALOUX;  QUI DEPUIS 2012 N ‘A PAS CESSÉ DE METTRE LA PAGAILLE  DE PARTOUT OU IL PASSE …  PAR ÉGOCENTRISME IL   PRÉFÈRE COULER LA FRANCE QUE PARTIR.

« Assassinat politique » ou stratégie suicidaire ?

Pour la première fois dans l’histoire de la Ve  République, la droite pourrait ne pas figurer au second tour de la présidentielle.

Disons-le sans ambages, François Fillon a raison. « Ce n’est pas seulement moi qu’on assassine, c’est l’élection présidentielle », a-t-il lancé lors de son allocution solennelle, mercredi 1er mars, après l’annonce de sa convocation par les juges aux fins de mise en examen. Une accusation grave, mais qui à bien y regarder se révèle parfaitement exacte.

Pour la première fois sous la VRépublique, la droite pourrait se retrouver en position d’être marginalisée dans la campagne présidentielle. Cet effacement ne procéderait pas d’une logique électorale, des millions de Français se reconnaissent toujours dans cette famille politique. Il serait dû aux ennuis judiciaires d’un homme. François Fillon y voit un « assassinat » : il y a bien une victime, la démocratie, et des orphelins, les électeurs.

Reste à élucider le crime ainsi commis. Pour le candidat et son équipe, qui voient rouge quand il s’agit des juges, le meurtre est bien évidemment signé. Affaire classée. Ce qui ne nous dispense pas de creuser d’autres pistes. N’écartons pas celle du suicide tout d’abord. François Fillon est le principal suspect dans cette affaire. Nous ne parlons pas ici de celle concernant les soupçons d’emplois fictifs de sa femme et de ses enfants. Mais par son attitude légère face aux exigences légitimes de transparence des citoyens sur l’utilisation de l’argent public, le candidat a montré qu’il n’avait pas pris la mesure de l’époque dans laquelle il vit, bien loin des pratiques qui avaient cours au début de sa vie politique en 1981.

Il n’a pas compris que pour porter un programme aussi drastique de réduction de la dépense publique, ce n’est pas charité mais probité bien ordonnée qui doit commencer par soi-même. En affirmant qu’il se retirerait de la course en cas de mise en examen pour n’en faire aucun cas le jour où celle-ci s’est profilée, il a également donné raison à ceux, trop nombreux, qui estiment que le cours de la parole politique est indexé sur l’étalon-Trump. Enfin, en éreintant la justice et les médias, il a prouvé que pour conquérir le premier des pouvoirs, l’exécutif, il était prêt à marcher sur le troisième et le quatrième.

Introspection

Les charges semblent lourdes. Mais gageons que si la droite venait à rater sa campagne présidentielle, François Fillon ne sera pas seul sur le banc des accusés. La droite devra faire son propre procès. Une introspection pour comprendre…

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/03/02/assassinat-politique-ou-strategie-suicidaire_5088018_4854003.html#yEXrwWQORBot7Zl8.99

 

Publicités

2 commentaires sur « « Assassinat politique » ou stratégie suicidaire ? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s