Le suicide de Fillon

C EST BON QU IL SE SUICIDE TOUT SEUL MAIS QU IL DÉGAGE CETTE FOIS IL Y EN  MARRE DE MONSIEUR PROPRE ….

EDITO. Une conférence de presse aux allures de funérailles. Un candidat au bord de la crise de nerfs. Par quel mystère les barons de la droite ont-ils maintenu le « boulet » Fillon ?

Il fallait les voir, tête basse, le visage fermé, les paupières plombées par le désespoir. Il fallait les voir, les membres de la direction de campagne de la droite, ne regardant même pas l’homme qui croyait parler au peuple, attaquant les magistrats et la terre entière, tous engoncés dans une posture de contrition, effarés, tétanisés, épouvantés, les uns et les autres, par le spectacle que leur candidat moribond leur imposait.

Il fallait les voir, au terme du discours de leur champion, s’engouffrer piteusement dans les coulisses de leur QG, persuadés qu’ils venaient de vivre un suicide collectif. Ils avaient tous des têtes d’enterrement. Dans ces moments historiques, les funérailles ne sont jamais glorieuses.

On se demande encore comment les ténors des Républicains n’ont pu arrêter cette machine infernale avant le blast final. Ils se sont eux-mêmes mis la corde au cou en permettant au « Tartuffe de Sablé » de rester sur la scène. Par quel cheminement funeste ne l’ont-ils pas débranché plus tôt ?

Vaisseau en perdition

François Fillon, au cours de cette étrange conférence de presse, a priori destinée à mener une contre-attaque fulgurante et implacable contre ces « salauds de juges », s’est révélé un combattant au bord de la dépression. Son visage accablé et penaud ne correspondait pas au texte qu’il lisait. Le tribun avait une tête de coupable. A la télévision, ce genre de hiatus entre les mots et les gestes ne pardonne pas. L’ancien Premier ministre avait l’air de s’apitoyer sur son sort avec une étonnante indulgence pour ses propres errements. Sans ferveur, sans engouement. Il avait une tête de perdant. Il a beau utiliser une formule choc, « La France est plus grande que mes erreurs », il n’en croit pas un mot, puisqu’il s’est maintenu.

Ainsi, François Fillon est définitivement devenu le capitaine d’un vaisseau en perdition, s’engageant à corps perdu vers les quarantièmes rugissants. Un commandant de bord qui reste sur le pont, alors que sa seule présence fait couler le navire est-il conscient du désastre à venir ? Ou un kamikaze ?

Celui que Nicolas Sarkozy surnommait Droopy n’est, hélas, pas sorti de ce rôle. Le guerrier avait oublié l’épée et le bouclier. Il apparaissait à l’écran, désemparé, vaincu, l’œil rougi par le manque de sommeil, par la guerre secrète que, depuis des jours, il livre aux barons de son camp, lesquels l’imploraient de déguerpir avant la catastrophe. A sa manière, il a joué la montre, durant toute cette période, persuadé que les magistrats n’iraient pas le convoquer en pleine campagne, que la trêve dont il rêvait allait lui être accordée. Ils n’oseraient pas. Pari fou ? Pari perdu.

Supplice chinois

Suprême coïncidence, les juges ont choisi le 15 mars pour le convoquer, le faire monter sur l’échafaud médiatique, quelques jours seulement avant la clôture des parrainages, le 17 mars, et, surtout, le premier débat télévisé, programmé le 20 mars. A cette date, le candidat de la droite sera donc mis en examen. Qui imagine de Gaulle… ? Pour sauver sa peau, François Fillon avait, croyait-il, un argument béton, infaillible : le timing. Qui pour le remplacer en un temps record, à deux mois de l’échéance ? Réponse : personne. Il était impossible de trouver un remplaçant au pied levé. Il fallait donc assumer le « boulet ».

Etait-ce si sûr ? Après tout, dans un tel contexte, quasi apocalyptique, n’importe quel quadra, sorti du chapeau de la droite, aurait fait l’affaire. Une nouvelle tête. Un Macron de droite, propre sur lui, sans casseroles, plein d’optimisme, de foi en l’avenir. Un anti-Fillon, en quelque sorte… En regardant de près les visages des ténors de la droite, on comprenait que l’entêté Fillon les avait piégés. Ils avaient des allures de Bourgeois de Calais, abandonnant les clés d’un combat qui n’aurait pas le goût d’une épopée gaulliste, mais celui d’un faits divers qui sent la naphtaline des vieilles maisons bourgeoises de la France des manoirs. Pour la droite, le supplice chinois ne fait que commencer.

Serge Raffy

Serge Raffy

Serge Raffy         http://tempsreel.nouvelobs.com/edito/20170301.OBS5964/le-suicide-de-fillon.html

Publicités

3 commentaires sur « Le suicide de Fillon »

  1. Je N ose pas dire , Bravo, Excellen tSuper etc etc, Enfin vous me Comprenez.. Je Dirais Seul la Verte, est Notre….Mais attendons la Suite et en ESPERANT une BELLE FIN

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s