Au Salon de l’Agriculture, Hollande à la rencontre d’un monde paysan résigné

5 ans que l agriculture sous ce gouvernement d incapables  se meurt faute de moyens de la part de l état,  et ce gros mou ose encore aller les narguer , se pavaner , et bouffer s empiffrer , avec les produits de  ces pauvres agriculteurs , aucune honte monsieur Hollande ?

Au Salon de l’Agriculture, Hollande à la rencontre d’un monde paysan résigné

VIDÉO – La 54e édition du Salon de l’Agriculture a ouvert ses portes ce samedi, jusqu’au 5 mars. Le président s’est confronté à un monde paysan en crise profonde depuis plus de deux ans. Il a rendu hommage à Xavier Beulin, le président de la FNSEA inhumé vendredi.

La 54e édition du Salon de l’agriculture inaugurée ce matin peu avant 7 heures par le président de la République s’est déroulée dans l’indifférence des paysans qui ont déjà tourné la page du quinquennat de François Hollande. «On lui a dit qu’on espérait plus rien de lui et qu’il pouvait profiter de son salon car c’est le dernier», indique Guillaume éleveur laitier présent porte de Versailles à Paris, lors du rapide passage du cortège officiel ce matin.

François Hollande n’a pas voulu s’attarder dans ce hall 1, pourtant l’incontournable passage des politiques, où se trouvent les animaux d’élevage. L’an dernier il avait été copieusement hué par des éleveurs très en colère. Pour éviter que cet épisode ne se reproduise la visite a été mené au pas de charge. Tout au plus il a trempé ses lèvres dans un verre de lait sur le stand des produits laitiers proposé par Thierry Roquefeuil, président du Cniel (centre interprofessionnel de l’économie laitière). «Je suis venu reconnaître et saluer le travail de l’agriculture français», souligne François Hollande. Cette visite est «un message d’encouragement, de soutien et de solidarité envers les agriculteurs».

Un peu plus tôt, il avait inauguré une plaque commémorative en l’honneur de Xavier Beulin, le président de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles) décédé brutalement dimanche dernier. «Aujourd’hui s’ouvre un Salon qui n’est pas comme les autres, marqué par une profonde tristesse», a indiqué François Hollande. La FNSEA doit reprendre cette plaque à l’issue du salon, dimanche 5 mars.

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter

Le s’ouvre avec un hommage de @fhollande à la mémoire de Xavier Beulin.

Ensuite le chef de l’Etat a pris son petit déjeuner avec les professionnels de l’agriculture et de l’agroalimentaire dans le stand de l’interprofession de la viande, Interbev. Il en a profité pour déguster un pavé de vache Limousine élevée en PACA. «Il faut une grande agriculture française à la fois pour nourrir la planète, contribuer à l’amélioration climatique, à l’aménagement du territoire et donner à notre pays une image d’excellence», at-il insisté.

En retrait Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, sait qu’il n’est pas le bienvenu chez les agriculteurs. «Son bilan ne restera pas dans notre tête, indique Alain éleveur laitier et porcin dans la Manche. Stéphane Le Foll, on a l’impression qu’il refuse la confrontation et qu’il nous a totalement ignorés». «Ce gouvernement a mené une PAC pas à la hauteur. Ils ne se rendent pas compte du malaise», dit pour sa part Pierre Besancenot, 58 ans, exploitant de Montbéliardes en Haute-Saône. «Tant qu’on ne gagne rien avec ce qu’on produit, on ne pourra pas avancer», ajoute t-il.

» INTERVIEW – Agriculture: «Une très grosse déception face au bilan de Stéphane Le Foll»

» Les agriculteurs désabusés s’invitent dans la présidentielle

Les éleveurs en effet doivent faire face à l’effondrement des prix du lait qui leur est payé ainsi que celui de la viande. Les revenus des agriculteurs se sont effondrés depuis deux ans. Si en 2014, moins de 20% des agriculteurs avaient eu des revenus équivalents à 350 euros par mois, en 2016, ce chiffre est monté à 50%, selon la sécurité sociale agricole MSA. Beaucoup devraient même être obligés de mettre la clef sous la porte. «20.000 fermes sont menacées de disparition», chiffrait même Xavier Beulin, la semaine dernière dans une interview au Parisien.

Le président a d’ailleurs annoncé ce samedi que le plan de refinancement des exploitations agricoles en difficulté, composé d’une garantie de prêts et de reports des crédits bancaires («année blanche»), serait prolongé de trois mois jusqu’à fin juin. Quelque 20.000 à 30.000 exploitants pourraient être intéressés, selon le ministère de l’Agriculture.

La crise agricole s’enlise malgré les aides de la PAC (Politique agricole commune), dont la France est la première bénéficiaire des pays européens. Un point que s’empresse de souligner François Hollande dans un salon très politique à deux mois du premier tour de l’élection présidentielle. Il a mis en garde les candidats qui préconiseraient une sortie de l’Union européenne et donc de la PAC. «Il faut quand même se souvenir de ce qu’était l’agriculture sans l’Europe et ce que peut être l’agriculture avec l’Europe», a-t-il dit. «Il y a une politique agricole commune qu’il va falloir repenser mais qu’il va falloir surtout préserver parce que si la PAC est mise en cause vous allez voir la situation que vont avoir beaucoup d’agriculteurs».

Je suis là comme président de la République. Je n’ai qu’une ambition montrer mon soutien aux agriculteurs. Je leur exprime ma gratitude

En attendant les agriculteurs ont besoin d’encouragement et de mesures concrètes pour soulager leur trésorerie. François Fillon, candidat de la droite et du centre à l’élection présidentielle, a adressé un message Internet vidéo aux agriculteurs. «La situation que traverse les agriculteurs est un crève cœur. Je sais les difficultés qu’ils traversent, je prendrai les mesures immédiates si je suis élu pour les aider à sortir de cette crise», indique-t-il.

Avec des millions de canards abattus dans le sud-ouest depuis janvier pour cause de grippe aviaire pour la deuxième année consécutive, les éleveurs de canard sont parmi les plus touchés. «Cette année, le maïs n’a pas marché, mes 6.000 canards ont été euthanasiés, il ne nous reste plus que les activités de vente directe pour apporter un peu de revenu» dit à l’AFP Richard Beziat, un exploitant du Gers venu présenter un magnifique bovin gris cendré de race bazadaise. «La profession est en danger, j’espère que le monde va s’en rendre compte».

» Les agriculteurs s’emparent du numérique

« Je voulais souligner combien les crises ont frappé l’agriculture française, sanitaire, économique mais aussi une crise morale » @fhollande

Pour l’instant, «les paysans ne doivent pas baisser les bras ni être résignés, je comprends que cela soit dur pour eux mais ils ont de nombreux atouts pour s’en sortir», veut encore croire Isabelle Saporta, auteur d’un nouveau livre justement intitulé Courage.

« Je suis pour les négociations commerciales, plutôt que le libre échange sans limite ou le protectionnisme » @fhollande

Les organisateurs attendent de 620.000 à 650.000 personnes sur les neuf jours que dure le salon, contre 611.000 en 2016. Car le salon tentera aussi de faire bonne figure et de montrer ce qu’il fait de mieux avec ses vaches, moutons et chèvres pomponnés, autour de la mascotte du salon, la petite vache bretonne Pie-Noir «Fine».

(avec AFP)

              http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2017/02/25/20002-20170225ARTFIG00046-au-salon-de-l-agriculture-hollande-a-la-rencontre-d-un-monde-paysan-decourage.php#xtor=AL-202

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s