Fillon versus « Le Canard enchaîné » : une longue histoire…

Fillon versus « Le Canard enchaîné » : une longue histoire

Tout au long du quinquennat Sarkozy, « Le Canard enchaîné » a épinglé François Fillon. Nul n’y prêtait attention tant Sarkozy concentrait l’attention.

« Une boule puante », c’est ainsi que François Fillon a d’abord qualifié le scoop du Canard enchaîné à propos des salaires perçus par son épouse Penelope. En vérité, le journal satirique a très souvent et régulièrement épinglé l’ancien Premier ministre tout au long du quinquennat de Sarkozy. Mais les tirs du volatile passaient quasiment inaperçus tant Nicolas Sarkozy offrait à tous une cible de choix. François Fillon, personnage secret et discret, est ainsi passé sous les radars pendant des années.

LIRE aussi Qui est vraiment François Fillon ?

Les voyages et les déplacements du Premier ministre étaient un sujet tabou à Matignon pour lequel les équipes avaient été briefées. « On avait reçu des consignes. Ne pas répondre aux journalistes qui posaient des questions sur les déplacements et voyages du Premier ministre », souffle un ancien conseiller de Matignon, affolé par les révélations des jours derniers. De fait, dès le mois de juin 2007, dans son édition du 13 juin exactement, Le Canard enchaîné raconte une histoire rocambolesque. Cette semaine-là, François Fillon inaugure la ligne du TGV Est entre Paris et Strasbourg. Les journalistes l’attendent sur le quai de la gare le 9 juin. Mais sans l’apercevoir. Le service de presse leur indique que François Fillon a déjà embarqué dans la voiture 11 du TGV, car il doit travailler sur ses dossiers. Promis, il les rejoindra à l’arrivée.

Un triplement de la surface de l’appartement de Matignon

Le TGV file, mais s’arrête à la gare de Metz-Nancy, avant de rejoindre Strasbourg. Pourquoi cette escale non prévue et qui occasionnera un retard d’une vingtaine de minutes ? Tout simplement pour embarquer un passager très spécial : François Fillon himself ! Le Premier ministre n’était pas dans le train au départ de Paris. Il a en fait rejoint le convoi en survolant le trajet en Falcon. À quoi bon inaugurer une ligne TGV si on ne fait pas le déplacement en train ? Pourquoi, dans ce cas, ne pas se faire remplacer ? « Nicolas Sarkozy avait découvert cette supercherie dans la presse. Il était furieux ! » rapporte un ami du chef de l’État. Voilà déjà une première utilisation de l’argent public qui est douteuse…

Mais il y en a eu d’autres, toujours relevés par Le Canard enchaîné dans l’indifférence générale. Dans son édition du 3 juin 2009, le journal révèle que Fillon a fait agrandir son appartement de fonction de manière à loger Penelope et ses enfants. De 78 mètres carrés du temps de Jean-Pierre Raffarin, le Canard affirme que les travaux ont repoussé la surface habitable à 309 mètres carrés (dont 213 mètres carrés pour la partie privative). Presque un triplement, relève le journal.

Des vacances en Égypte dans le viseur du Canard

Le Canard a également estimé le coût des week-ends passés par François Fillon dans son manoir de la Sarthe, à 250 kilomètres de Paris. À chaque fois, c’est un Falcon qui fait la navette et qui est immobilisé sur un aéroport à 2 601 euros de l’heure. L’heure de vol, elle, reviendrait à 7 800 euros. Le magazine Capital avait, quant à lui, estimé que le coût annuel des week-ends de Fillon revenait à 1,3 million d’euros. On ne peut pas tout à fait lui en vouloir puisque l’une des premières décisions de Nicolas Sarkozy en arrivant au pouvoir a consisté à s’arroger la résidence officielle de la Lanterne, à Versailles, dévolue traditionnellement au Premier ministre.

LIRE aussi Les secrets de la Lanterne

Les vacances de François Fillon, en décembre 2010, intéressent encore le journal satirique. Le Premier ministre a choisi de réveillonner en Égypte, au soleil. Un avion de la flotte nationale (à 9 400 euros de l’heure) embarque sa famille. Mais le Canard révèle que l’avion est immobilisé 10 jours sur le tarmac d’Assouan. L’équipage est logé dans un hôtel cinq étoiles durant les vacances du Premier ministre. Pourtant, à l’époque, on ne s’intéresse qu’aux vacances de Nicolas Sarkozy…

Son épouse est également dans le viseur du Canard enchaîné le 7 mars 2009 : Penelope Fillon se rend à Roscoff pour le baptême d’un navire de la flottille des Brittanny Ferries. Matignon spécifie que, ce jour-là, elle représente son mari. Mais là aussi, alors qu’elle est une parfaite inconnue, pas question de prendre le train entre Paris et Morlaix. C’est un Falcon 50 qui effectuera l’aller-retour.

http://www.lepoint.fr/politique/emmanuel-berretta/fillon-versus-le-canard-enchaine-une-longue-histoire-02-02-2017-2101968_1897.php?M_BT=271609927357&m_i=ehGVh93mCNtrbyWCUdav8%2BQtq1I8o1mSJehJE0W440_GcPfG_zCQWu3mXX_XZ541gqjLLXRb3S7yGTBDYXPg72SiOAeeeG#xtor=EPR-6-%5BNewsletter-Matinale%5D-20170203

Un commentaire sur « Fillon versus « Le Canard enchaîné » : une longue histoire… »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.