Actualité Politique À Berlin, Emmanuel Macron marque un peu plus sa différence

ET OUI SI VOUS VOTEZ POUR LE PETIT BANQUIER INCAPABLE C EST PLUS D IMMIGRES DONC PLUS DE RACAILLES LA FRANCE SERA PIRE QUE L ALLEMAGNE DE MERKEL SVP PAS UN VOTE A CET HOMME ………. IL EST PIRE QUE HOLLANDE .

Actualité Politique

À Berlin, Emmanuel Macron marque un peu plus sa différence

C’est au fin fond de Berlin-Est, baigné de soleil et recouvert d’un manteau neigeux, qu’Emmanuel Macron est venu marquer un peu plus sa différence. Dans un entrepôt de la Deutsche Bahn, le candidat à la présidentielle a découvert mardi après-midi le programme d’intégration des réfugiés mis en place par l’entreprise ferroviaire publique. Des wagons de métro, du plus vintage au plus moderne, se succèdent sous les hautes verrières, en attente de maintenance.

La Deutsche Bahn emploie 120 réfugiés, venus de Syrie, d’Irak, du Pakistan, d’Érythrée ou encore d’Égypte. Quelque 150 places supplémentaires sont disponibles en 2017. Alors que François Hollande s’est montré beaucoup plus frileux qu’Angela Merkel sur la question de l’accueil des réfugiés et que Manuel Valls a marqué les esprits en 2016 en prononçant à Munich un discours sur l’immigration d’une extrême fermeté – « Maintenant, nous n’accueillons plus de réfugiés » –, Macron vient réaffirmer sa conviction déjà clamée en septembre 2015 que « les réfugiés sont une opportunité économique ».

L’ancien ministre de l’Économie vient dire ici une nouvelle fois son soutien à l’action « remarquable » de la chancelière allemande qui a ouvert les frontières de son pays à 890 000 réfugiés en 2015 et à 300 000 réfugiés en 2016, très loin devant la France.

« Pas naïf »

« L’initiative prise par l’Allemagne était importante. Ce sont des gens qui fuient pour protéger leurs familles, qui fuient un pays qui les menace. L’Europe n’a pas réagi comme il le fallait. Accorder le statut de réfugié politique aux demandeurs d’asile, c’est un devoir », martèle Emmanuel Macron. Le soir même, lors d’un discours à l’université Humboldt, il ira encore plus loin : « J’ai eu l’occasion de le dire, je le répète ici : oui, la société allemande a fait face avec une lucidité, un courage et une humanité admirables à l’arrivée massive de réfugiés et de migrants. »

« Pas naïf », Macron ne dresse pas un tableau idyllique de la situation, dans un pays marqué par les événements de Cologne, des agressions sexuelles lors du réveillon 2015 attribuées en partie à des étrangers. Angela Merkel, candidate à un quatrième mandat, pourrait payer cher le prix de sa politique migratoire.

« Je sais qu’il y a beaucoup de tensions, que des demandeurs se sont mal comportés, que ce n’est pas une immigration aisée », anticipe le leader d’En marche !, avant d’expliquer ce que serait sa politique, un équilibre entre « le réalisme qui réclame de la sécurité intérieure et extérieure et une grande exigence sur le plan moral historique et politique ». « On ne doit pas revoir nos valeurs à l’aune des risques du monde », tacle Emmanuel Macron, avant de cibler la seule mesure que François Hollande regrette : « Avec la déchéance de nationalité, on s’est profondément trompés. »

Coopération diplomatique et militaire renforcée

Au rayon de ses propositions : un Schengen renforcé, 5 000 policiers supplémentaires aux frontières extérieures, une coopération renforcée entre la France et l’Allemagne sur le terrain diplomatique et militaire. Sur cette question, il a expliqué dans son discours à l’université mardi soir, prononcé dans un anglais parfait : « Nous devons développer une réelle capacité d’action politique : un quartier général européen permanent, chargé d’assurer une planification et un suivi des opérations, en lien étroit avec les centres de commandement nationaux et l’Otan, est indispensable. Je propose aussi d’instituer un conseil de sécurité européen rassemblant des militaires, des diplomates, des experts du renseignement afin de conseiller les décideurs européens, notamment en cas de menaces ou d’attaques. »

Enfin, le candidat à l’Élysée propos de « développer les accords de coopération avec les grands pays d’émigration et de transit, fondés sur une aide au développement, un soutien au contrôle de leurs frontières et un accord sur le retour des migrants non autorisés à entrer ou à résider dans l’Union européenne ».

Plus tôt dans la journée, devant les soutiens d’En marche ! installés à Berlin, Emmanuel Macron avait plaidé pour que l’Allemagne et la France « tiennent leurs sociétés ensemble dans un contexte d’attaque terroriste » : « Nous avons des attaques terroristes partout en Europe. Des communautarismes qui montent. Plus de 4 millions de Français de confession musulmane. Ces trois choses ne sont pas liées », avait plaidé Macron.

Il avait ensuite accusé ceux qui jouent à créer des amalgames de « donner raison aux djihadistes qui veulent créer la panique, nous dicter notre agenda et créer la guerre civile, ce qui sera bien pire que tout ce qu’ils pourraient faire ». Il ne cite personne, ne vise personne nommément. Mais, avec François Fillon, Marine Le Pen ou même Manuel Valls, les débats promettent d’être mouvementés.http://www.lepoint.fr/politique/a-berlin-emmanuel-macron-marque-un-peu-plus-sa-difference-11-01-2017-2096249_20.php

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s