« On m’a imposé le 49.3 » : Manuel Valls rejette la faute sur les frondeurs

PURÉE QUEL SALE PETIT MENTEUR LE ROQUET CATALAN ….ET IL VEUT ETRE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE EN PRENANT OUVERTEMENT LES FRANCAIS POUR DES CONS ?  AUCUNE HONTE VALLS !!!

« On m’a imposé le 49.3 » : Manuel Valls rejette la faute sur les frondeurs

#SAYPASMOISAYLESFRONDEURS – Ce sont plusieurs épisodes qui ont marqué la majorité. Et qui ont contribué à accélérer les divisions au sein du Parti socialiste : le recours par le gouvernement à l’article 49.3 afin de faire adopter un texte sans vote. A la tête du gouvernement, Manuel Valls a eu recours à six reprises pour faire adopter deux textes : le projet de loi Macron sur la croissance en 2015 – au grand regret du ministre de l’Economie de l’époque – et le projet de loi El Khomri, la loi Travail, en 2016.

Une autre époque. Candidat à la primaire de la Belle alliance populaire, Manuel Vallspropose désormais « de supprimer purement et simplement le 49.3 hors texte budgétaire ». Une volte-face qui a surpris une partie de son camp. Invité de l’Emission politique sur France 2 ce jeudi 5 janvier, le Premier ministre socialiste a accusé les députés frondeurs du PS d’être responsables de l’utilisation de cet outil par le gouvernement :

 

Si c’était à refaire dans les conditions que nous avons connues au moment de la loi Travail. (…) On m’a imposé le 49.3, ce qu’on appelle les frondeurs. (…) j’ai obtenu l’accord de la très grande majorité des députés socialistes, j’ai obtenu l’accord des syndicats réformistes, mais je n’ai pas trouvé le soutien d’une cinquantaine de députés socialistes. Mais il fallait à ce moment-là l’imposer.

Aujourd’hui, Manuel Valls dit avoir appris de ces épisodes. « J’ai bien compris ce que cela donnait comme sentiment de brutalité, d’autant plus qu’il fallait l’utiliser dès le début de la discussion parlementaire. On doit tirer les leçons de l’expérience« , a-t-il estimé.


Manuel Valls a aussi mis en cause de façon implicite le rôle de François Hollandedans le recours au 49.3 : « Je rappelle enfin que cette arme de la Constitution a fait l’objet d’un accord avec le président de la République, d’une décision en Conseil des ministres et a recueilli encore une fois l’accord de la majorité ». Ou comment se dédouaner quelque peu de son rôle. Et ce même si, comme le rappelle sur Twitter un journaliste de la Croix, François Hollande ne souhaitait pas que la loi Macron et la loi Travail puissent être adoptées avec l’aide d’une partie des élus de droite.

Car F. Hollande ne voulait pas que ces deux textes soient adoptés grâce à l’appoint décisif d’une partie de la droite. https://twitter.com/jwaintraub/status/817102365337784321 

 

Les propos de Manuel Valls sur le 49-3 ont fait réagir certains responsables socialistes. Le député PS hollandais Sébastien Denaja, soutien de Vincent Peillon à la primaire de la BAP, a ainsi estimé sur Twitter que « c’est toujours le gouvernement qui choisit (ou pas) d’imposer le 49.3 au Parlement qui le subit ».

Politiquement et Juridiquement, c’est toujours le gouvernement qui choisit (ou pas) d’imposer le 49.3 au Parlement qui le subit @LEPolitique


Un autre député, l’aubryste François Lamy, a quant à lui dit avoir « le souvenir qu’on avait trouvé le compromis et que le Premier ministre l’a balayé sans discuter ».

Moi, j’ai le souvenir qu’on avait trouvé le compromis et que le Premier Ministre l’a balayé sans discuter. https://twitter.com/lelab_e1/status/817119590224449537 


Visiblement, tous n’ont donc pas vécu les mêmes choses.

[EDIT 23H02] Ajout des réactions de Sébastien Denaja et de François Lamy.

[BONUS TRACK] François Mitterrand, sort de ce corps

Manuel Valls a aussi changé d’avis sur un autre sujet : la suppression de l’impôt sur la fortune. Alors candidat à la primaire de 2011, il était favorable à sa suppression. Six ans plus tard, il est contre. Avec un argument pour expliquer son revirement : la crise actuelle de la gauche dans le monde entier.

 

La gauche réformiste, la social-démocratie sont en crise un peu partout, aux Etats-Unis, en Italie, un peu partout en Europe et en France. Peut-être que cette gauche a trop cédé à la puissance du marché, aux forces de l’argent, au libéralisme. Moi je n’ai jamais été un libéral.

La formule des « forces de l’argent » avait été utilisée par François Mitterrand, alors candidat socialiste à la présidentielle, en novembre 1980. Pour l’ancien Premier ministre, « il faut remettre des règles, un sentiment de justice, d’équité et c’est pour cela qu’il faut garder en effet un impôt sur la fortune ». Il a poursuivi : « Comment on peut demander un effort aux Français sans que les plus fortunés ne participent de l’effort national? ».

 http://lelab.europe1.fr/on-ma-impose-le-49-3-manuel-valls-rejette-la-faute-sur-les-frondeurs-2943269
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s