ALAIN JUPPÉ, UN BOBO-DÉLINQUANT QUI NOUS VEUT DU BIEN…

ALAIN JUPPÉ, UN BOBO-DÉLINQUANT QUI NOUS VEUT DU BIEN…

Dimanche matin, Alain Jupé, candidat à la primaire de l’UMP pour la présidentielle, a pris une courageuse décision : il « refuse d’avoir l’identité malheureuse, frileuse, anxieuse, presque névrotique ». Pour cela, il prépare une émouvante politique de réconciliation nationale, exposée en détail dans l’article de son blog sobrement intitulé « Fierté et Bonheur ». Champion des oxymores, de l’union des contraires et des contradictions, son programme est une vraie figure de style acrobatique. Grand poète, Monsieur Juppé espère « faire rimer identité avec diversité et unité ».

En effet, ce cher Alain entend conjuguer les « racines chrétiennes » inhérentes au « patrimoine » historique de la France, avec « l’esprit des Lumières qui est combat contre l’oppression et le fanatisme, et qui prépare 1789 » et notre spécialité, « la laïcité à la française ». Ouf ! Tel est le « bien commun » autour duquel tous les Français doivent se rassembler ; et en guise de cerise sur le gâteau, un axiome plutôt audacieux dans la situation actuelle : « il existe une lecture du Coran et une pratique de la religion musulmane compatibles avec nos valeurs et notre mode de vie ». Monsieur Juppé n’a probablement pas remarqué que dans la rue, au quotidien, pour le bas-peuple, la pratique dément sa théorie.

image: http://de5zarwna0j2q.cloudfront.net/media/image/ft32ub6a/scalecrop-200×150

Médicament générique : économique et…

Sponsored by L’assurance Maladie

Il soigne des millions de personnes au meilleur prix et permet de financer des traitements innovants ! Posez toutes vos questions sur medicaments.gouv.fr See more

Ne lui tenons pas rigueur de sa distraction. Il n’emprunte probablement ni RER, ni métro franciliens et ignore donc que les Français de souche ont, à juste titre, l’impression d’avoir pris par mégarde l’Afrique Express ; faute de temps, il n’a probablement pas fait d’excursion au cœur de la Jungle de Calais, ni dans le bidonville du XVIIIème arrondissement de la capitale. Il n’a probablement jamais vécu dans les « Molenbeeks » de Toulouse au Mirail, Seine-Saint Denis ou Vaulx-en-Velin, pour ne mentionner qu’elles, puisqu’il regrette la vente de sa maison bordelaise près du superbe Jardin Public. Quant à la serveuse Niçoise, giflée parce qu’elle osait vendre de l’alcool le jour du Ramadan, ce n’est probablement pas son problème. Lorsque l’on vit dans le prestigieux quartier des Chartrons ou tout simplement lorsque l’on est « un bourgeois blanc qui vit entre bourgeois blancs », pour emprunter l’expression d’Adrien Abauzit, cette réalité semble bien lointaine. Dans le confort de son cabinet municipal ou sur les plateaux de télévision, Monsieur Juppé, plein d’abnégation, est trop occupé à débiter sa lyrique verve dans l’espoir de rehausser le moral des Français.

C’est très simple. Lorsque l’on se trouve dans une situation négative et inextricable, pour aller mieux, il suffit de changer sa façon de penser : tel est le crédo de la psychologie cognitive. Par exemple, ne parlez plus de « grand remplacement » et préférez désormais la joyeuse expression de « dynamique de peuplement ». C’est un peu la technique de notre candidat républicain, lorsqu’à partir de tous les éléments précédemment cités, il affirme bâtir une « identité heureuse ».

Contrairement à ce qu’il prétend, en reprenant l’argument de G. Darmanin, il ne fut pas bien difficile de d’expulser l’Église catholique hors de la société Française. A l’instar d’un Jules Ferry qui écrivait dans sa lettre préparatoire à son initiation maçonnique, qu’il ambitionne de substituer « l’amour de l’Humanité à l’amour de Dieu », la République issue de la Révolution, fruit des sociétés de pensée, n’a jamais caché son anticléricalisme. Claude Nicolet ne nous contredira pas, puisqu’il assure, dans L’Idée républicaine en France, qu’il faut « se débarrasser de l’histoire subie –celle de la monarchie, comme celle du christianisme ».

La recherche du bonheur perdu, entreprise par Monsieur Juppé, le mène donc du côté de la religion musulmane. Selon Claude Guéant, ancien ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer, des Collectivités territoriales et de l’Immigration, il y aurait de 5 à 10 millions musulmans en France en 2010. Avec le nombre toujours croissant d’envahisseurs qui passent nos frontières, l’on peut sans peine imaginer que la proportion de « futurs Montaigne » sur notre territoire a drôlement augmentée ! Puisqu’elle refuse de s’en dépêtrer, qu’elle la cautionne en restant sourde au terme de « remigration », la République entend la contrôler. Dans un premier temps, dès la rentrée, Imams et autres « ministres du Culte » pourront suivre la formation dispensée à Science Po, pour apprendre à coexister avec les autres religions, et respecter « les valeurs de la République ». En plus de la rendre obligatoire, Alain Juppé propose de « clarifier la question des lieux de culte et de leur financement ». Est-ce l’argent des contribuables qui servira à bâtir des mosquées ? Le candidat n’apporte pas de réponse.

En parlant d’argent, est-il besoin de rappeler qu’Alain Juppé n’est jamais très clair sur le sujet ? Personne n’a pourtant oublié sa condamnation, le 30 janvier 2004 à dix-huit mois de prison avec sursis, par le tribunal correctionnel de Nanterre. Secrétaire général du RPR, il fut reconnu coupable de prise illégale d’intérêt pour avoir créé des emplois fictifs à la mairie de Paris : sept permanents, qui travaillaient en réalité pour son parti. Conformément aux dispositions de l’article L7 de la loi du 19 janvier 1995, les personnes condamnées pour prise illégale d’intérêt « ne doivent pas être inscrites sur la liste électorale, pendant un délai de cinq ans à compter de la date à laquelle la condamnation est devenue définitive ». En plus de sa peine, il fut donc frappé d’inéligibilité. Le 10 juin 2010, cet article fut cependant abrogé. Si le maire de Bordeaux était déjà tiré d’affaire, cela vaudra pour les suivants : même condamnés, ils pourront malgré tout proposer leur candidature aux Français.

« Fierté et Bonheur », voilà donc ce que l’ancien bobo-délinquant espère nous offrir, et il en est « profondément convaincu ». Le fabuleux Léon Daudet écrivait que « la médiocrité est un art et n’y excelle point qui s’y adonne. » Alain Juppé est un artiste qui s’ignore, de même que bientôt –nous l’espérons- un con vaincu.

http://www.al1jup.com/fierte-et-bonheur/
En savoir plus sur http://lagauchematuer.fr/2016/06/14/alain-juppe-un-bobo-delinquant-qui-nous-veut-du-bien/#0i6vjyU9fOu0xKuY.99

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s