Juppé, la stratégie du planeur

Juppé, la stratégie du planeur

LEPOINT, publié le dimanche 06 novembre 2016 à 14h25

Donné gagnant, le maire de Bordeaux veut prendre de la hauteur. Il survole les débats et reste flou sur des questions essentielles. Attention, danger !

« Ça plane pour moi. Ça plane pour moi. Ça plane pour moi, moi, moi, moi, moi. » Peut-être apprendra-t-on un jour qu’Alain Juppé adore chanter sous sa douche. Si tel est le cas, depuis quelques semaines, il entonnerait ce célèbre refrain de Plastic Bertrand sorti en décembre 1977. Le maire de Bordeaux est confortablement assis dans un avion dont il a coupé le moteur et qui est mû par un courant d’air chaud ascensionnel. Ce vent porteur (celui des médias, des « sachants » et du parisianisme) peut l’emmener sans encombre jusqu’à la ligne d’arrivée du second tour de la primaire de la droite et du centre. Mais si, d’…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s