Quand Valérie Pécresse assurait qu’Alain Juppé « n’irait jamais » à la présidentielle

Quand Valérie Pécresse assurait qu’Alain Juppé « n’irait jamais » à la présidentielle

BIEN VU L’AVEUGLE – En politique, les affirmations définitives, c’est comme ceux qui vous disent en ce mardi 21 juin 2016 que « ça y est, c’est l’été » : mieux vaut s’en méfier. On ne sait pas ce qu’il en est en matière de météo, mais Valérie Pécresse a en tout cas un bout de chemin à faire en ce qui concerne les phrases qui se retournent contre leurs auteurs devant les enseignements de l’Histoire.

Car fut un temps où la présidente LR de la région Île-de-France était persuadée qu’Alain Juppé ne serait « jamais » candidat à la fonction suprême de président de la République. Or, on sait ce qu’il en est aujourd’hui. C’est le député Hervé Gaymard, fidèle soutien du maire de Bordeaux pour la primaire de la droite, qui raconte à L’Opinion ce lundi cette anecdote datant de l’automne 2012. Le quotidien écrit :

Alors aux avant-postes de l’équipe de François Fillon face à Jean-François Copé pour la conquête de l’UMP, Valérie Pécresse avait demandé au député de Savoie de soutenir cet ancien Premier ministre-là. Hervé Gaymard avait accepté mais ajouté que, si Alain Juppé était candidat à l’Elysée en 2017, c’est lui qu’il aiderait. ‘Juppé ! Il n’ira jamais’, avait-elle répondu, levant les yeux au ciel.

Moins de deux ans plus tard, l’intéressé annonçait sa candidature à la primaire. Tout cela a tout de même un intérêt, puisque nous sommes désormais en mesure d’affirmer que les pronostics de Valérie Pécresse ne valent pas beaucoup mieux que ceux de Jean-Christophe Cambadélis. En cette période d’Euro de foot et de paris à tout-va, ça peut toujours servir.

L’ancienne ministre du Budget et l’actuel prétendant à l’Élysée auront peut-être l’occasion d’évoquer tout cela ce mardi-même. Car comme le révèle L’Opinion, ils déjeunent ensemble ce 21 juin. Filloniste irréductible, Valérie Pécresse n’a toujours pas désigné son champion pour la primaire. Et il se pourrait bien que ce ne soit pas François Fillon. Elle affirme en effet vouloir présenter des propositions et décider en fonction de « soutenir le plus réformateur et celui qui restaurera l’autorité de l’État ».

« Bébé Chirac » par excellence et désormais à la tête de la plus grande région française, Pécresse constituerait indéniablement un atout de poids pour Alain Juppé dans la campagne pour la primaire. Mais encore faudrait-il qu’elle croie à sa candidature…


 http://lelab.europe1.fr/quand-valerie-pecresse-assurait-qualain-juppe-nirait-jamais-a-la-presidentielle-2778187

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s