«Je n’aime pas les flics et je déteste les juges»: Juppé dans l’embarras

ET NOUS ON DÉTESTE JUPPE………..

«Je n’aime pas les flics et je déteste les juges»: Juppé dans l’embarras

LE SCAN POLITIQUE – Alors que les policiers manifestent depuis plus d’une semaine, le candidat à la primaire à droite conteste les propos exhumés par la journaliste Anna Cabana. Il les aurait selon elle prononcés en 2010.

Depuis les attentats de Charlie Hebdo, nombreux sont ceux qui ont affiché leur soutien à la police. Même le chanteur Renaud, qui a longtemps été leur meilleur ennemi, a fini par «embrasser un flic». Mais Alain Juppé, qui les défend aujourd’hui, semblait nettement plus hostile à leur égard en 2010. C’est en effet ce que rapporte la journaliste Anna Cabana, dans son livre Un fantasme nommé Juppé, sorti le 19 octobre. «Je ne veux pas l’Intérieur, je n’aime pas les flics. Pas la Justice. Je déteste les juges», aurait-t-il déclaré, alors que Nicolas Sarkozy tentait de le faire revenir au gouvernement. Une phrase du plus mauvais effet à l’heure où les policiers manifestent quotidiennement depuis le 18 octobre et que les magistrats sont en émoi suite aux confidences de François Hollande, qui a dénoncé leur «lâcheté».

Pour désamorcer la bombe, Alain Juppé a fustigé «une œuvre d’imagination» mardi sur France Inter. Pour le maire de Bordeaux, «tout ça, c’est de l’imagination». «Ce sont des propos qui datent d’il y a plusieurs années que j’ai pu tenir sur certains points ; d’autres sont déformés ou tronqués», dénonce le favori des sondages pour la primaire à droite. «Je n’ai pas pu dire ça parce que je n’en pense pas un mot. J’ai de la considération pour les fonctionnaires, je l’ai toujours montré dans ma vie publique», se défend-il encore. Avant de finalement se poser en quasi-bouc émissaire d’Anna Cabana: «Dans un livre précédent, elle laissait entendre que je n’étais pas le fils de mon père», se plaint-il.

Pourtant, elle aussi invitée de France Inter ce mercredi, la journaliste maintient que ces propos ont bien été tenus par l’ancien premier ministre. Des confidences d’ailleurs rapportées dans un autre de ses livres, paru en 2011: Juppé, l’orgueil et la vengeance (Flammarion). «À l’époque, Alain Juppé avait relu toutes les citations et il était tout à fait d’accord avec cette phrase», affirme-t-elle. À ses yeux, le maire de Bordeaux a aujourd’hui «peur que ça provoque une nouvelle polémique comme le livre de Davet et Lhomme sur les magistrats avec Hollande. «Il y a une terreur chez Juppé d’arriver à un degré de polémique inflammable comme ça», estime-t-elle. De même, elle juge que «c’est pour ça qu’il est parvenu à une telle soustraction de lui-même de la vérité». «En l’espèce, il aurait dû se contenter de rappeler le contexte», conclut-elle. Avant de prévenir, pour appuyer les confidences qu’elle rapporte, qu’elle a pour habitude «d’enregistrer des propos et de prendre des notes».http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2016/10/26/25001-20161026ARTFIG00183-je-n-aime-pas-les-flics-et-je-deteste-les-juges-juppe-dans-l-embarras.php

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s