Calais: «Si les migrants reviennent dans quinze jours, cela ne sert à rien de raser leurs tentes…»

HONTE AU GVT LAXISTES DE CES SOCIALISTES QUI ONT DÉFIGURÉE LA FRANCE ET NOUS EXPOSENT A DES GRANDS DANGERS

Calais: «Si les migrants reviennent dans quinze jours, cela ne sert à rien de raser leurs tentes…»

Elle se souvient encore, avec émotion, des lapins qui gambadaient sur les dunes. « C’était la nature, quoi… » Du pas de sa porte, Marie-Thérèse a désormais vue sur un enchevêtrement de tentes bariolées et de baraques en tôle. Elle vit, route de Gravelines, à Calais (Pas-de-Calais). En face de la « jungle » que les autorités françaises doivent commencer à démanteler ce lundi. Selon les estimations*, entre 5.700 et 10.000 réfugiés vivent dans cette lande coincée entre le port grillagé et la rocade qui mène les camions vers la zone d’embarquement pour l’Angleterre.

>> Les faits: La justice donne son feu vert au démantèlement de la «jungle»

Alors, forcément, comme ses voisins, Marie-Thérèse voit d’un « bon œil » l’arrivée de bulldozers sur le secteur. Sauf qu’elle doute quand même de l’efficacité de « cette opération humanitaire de mise à l’abri » sur le long terme… « Il faut une solution pérenne, indique-t-elle. Si les migrants reviennent dans quinze jours, ce n’est même pas la peine qu’ils commencent à raser leurs tentes. »

La vue qu'avait Marie-Thérèse avant l'installation de la «jungle» de Calais.
La vue qu’avait Marie-Thérèse avant l’installation de la «jungle» de Calais. – GOOGLE

« On comprend les migrants, ils n’ont rien… »

Chat échaudé craint l’eau froide. Marie-Thérèse vit dans cette maison proprette depuis 37 ans. Et elle en a vu des démantèlements. Le dernier date du mois de février. « Mais les problèmes reviennent toujours, lâche-t-elle. On comprend les migrants, ils n’ont rien… Mais il faut aussi que les gens comprennent que ce n’est pas facile pour nous. » En disant ça, elle incline la tête à gauche et pointe du bout du nez la toute proche rocade routière qui a encore été prise d’assaut par les réfugiés la veille de notre visite.

>> Dans la «jungle», le sort des mineurs isolés inquiète les associations

« Il y a eu un ralentissement. En un instant, les migrants en ont profité pour escalader les grillages et les barbelés et tenter de monter sur les camions qui étaient arrêtés, raconte-t-elle. La police est arrivée. Elle a tout bloqué. Et moi, je me suis encore retrouvée coincée dans ma voiture à trente mètres de chez moi ! »

Calais tentatives d’assut. lacrymogènes à l entrée de la « jungle « 

* Le 11 octobre, les services de la Préfecture du Pas-de-Calais ont effectué des opérations de comptage des migrants de la « jungle ». D’après cette opération, ils seraient entre 5.684 et 6.486.

Les associations Help Refugees et L’Auberge des migrants estimaient, elles, un mois plus tôt à 10.088 dont 1.179 mineurs leur nombre après leur propre recensement. Toujours selon les deux associations, ils viendraient du Soudan (43 %), d’Afghanistan (33 %), d’Erythrée (9 %), d’Ethiopie (3,5 %), du Pakistan (7 %), d’Irak (1 %) et de Syrie (1 %).

http://www.20minutes.fr/societe/1945559-20161024-calais-si-migrants-reviennent-quinze-jours-sert-rien-raser-tentes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s