Une France affaiblie, désunie, au bord de l’insurrection… Quel diagnostic !

Une France affaiblie, désunie, au bord de l’insurrection… Quel diagnostic !

À l’orée des prochaines élections présidentielles, tel est l’état de santé déclinant de la France.

Une France affaiblie, désunie, au bord de l’insurrection. Le diagnostic est affligeant ! À l’orée des prochaines élections présidentielles, tel est l’état de santé déclinant de la France. Un déclin amorcé après les Trente Glorieuses et initié, dès 1975, sous la présidence de M. Valéry Giscard d’Estaing et que ses successeurs ont progressivement, et à des degrés divers, aggravé. La palme revenant, malgré tout, au dernier mandataire que nous avons installé à l’Élysée, lui et ses camarades de jeu féminines.

Il serait fastidieux de réaliser, ici, une liste exhaustive des égarements de celui qui a eu en charge le pilotage de la nation, tant les sorties de route ont été nombreuses. On peut, malgré tout, souligner le bilan comptable d’une France en faillite économique, avec une dette de plus de 2.000 milliards d’euros et qui représente, désormais, 98,4 % du PIB. Un déficit calamiteux, malgré un matraquage fiscal sans précédent et qui laisse, en outre, au titre de notre défense nationale, une armée exsangue avec un trou budgétaire de 2 milliards d’euros, alors qu’elle est en guerre.

Ce constat aurait pu être atténué, sans le terrible échec de l’inversion de la courbe d’un chômage désormais devenu endémique, et sans qu’il faille rappeler un régime de retraite qui, selon l’AGIRC, risque la banqueroute en 2017-2018. Ce n’est pas que l’État n’ait pas essayé de renflouer les caisses. La preuve : il n’a pas hésité à vendre une partie du patrimoine français aux pays du golfe Persique et en « Rafale », des avions de combat qui, un jour, pourraient survoler l’Hexagone sans aménité.

Au plan de la politique intérieure, on peut focaliser sur le revers cuisant du « vivre ensemble », qui se traduit aujourd’hui par une détestation réciproque au constat d’un islam débordant. L’on pourrait évoquer les antagonismes dévastateurs provoqués par le mariage pour tous, la théorie du genre ou encore Nuit debout.

Voire ceux générés au chapitre de l’Éducation nationale pour une Histoire de France défigurée autant que bafouée. L’ignominieux abandon du grec et du latin délaissés au bénéfice de la langue arabe.Par ailleurs, comment passer sous silence le laxisme judiciaire et un garde des Sceaux qui, avec le Syndicat de la magistrature, s’est illustré avec son « mur des cons » et une clémence incomprise, par le peuple, pour des multirécidivistes, ou la sacro-sainte culture de l’excuse, autant que l’inexécution des peines qui, le plus souvent, se voit favorisée. Nous commençons à peine, hélas, à en voir les effets dévastateurs.

Que dire de cette exemplarité mise en avant par le premier des Français lorsque, casqué, il s’égare vers des « allongeâdes » qu’il souhaitait occultes. Il est vrai qu’en matière d’exemplarité, le choix de M. Cahuzac ministre des Finances, spécialiste du dol fiscal et du mensonge, les yeux dans les yeux, est symptomatique de la lucidité et de l’autorité du chef de l’État.

Autorité dont l’affaire Leonarda a été un résumé parfait de ce qu’est l’indolence chronique.

On pourrait ajouter à cela des policiers assassinés, brûlés, surexploités, surexposés et révoltés. Des généraux français traînés devant la justice pour leur présence citoyenne à une manifestation calaisienne ou suite à une audition parlementaire, un général de gendarmerie – en la personne de Bertrand Soubelet – limogé pour avoir dit la vérité.

Au plan de la protection que doit la nation à ses citoyens, faire la somme des attentats meurtriers à répétition, celui des zones urbaines devenues des coupe-gorge, constater une France associée à l’invasion européenne de migrants sans oublier, au-delà, le lâche abandon des chrétiens d’orient.

Et comme « cherry on the cake », un État « dealer » en chef, avec l’ouverture de salles de shoot organisé. Enfin, apprendre que Paris est, selon l’UNODC (Office des Nations nnies contre la drogue et le crime), la capitale la plus dangereuse d’Europe. Voilà un triste et non exhaustif inventaire que Prévert n’aurait pas osé imaginer.

Cette chronique d’un naufrage organisé, cet état des lieux seront le pensum du prochain chef de l’État, et plus encore le nôtre. Pensez-y dans l’isoloir !              http://www.bvoltaire.fr/richardpascal/une-france-affaiblie-desunie-au-bord-de-linsurrection-quel-diagnostic,288275

Un commentaire sur « Une France affaiblie, désunie, au bord de l’insurrection… Quel diagnostic ! »

  1. Votre Commentaire est GRAVE , mais important de ne pas oublier ces presque 5 Annees de Socialisme..Une DECHEANCE d un Parti Fini qui devrait faire leurs escuses au peuple qui ont souffert de ces Annees Perdues..Je rajouterais tout ceux qui ont Permis leurs Elections par des MENSONGES assassines par interret Personnel..Et des ESCUSES Particulieres a ces Familles qui ont perdues leurs Fils et leurs Filles par leurs Fautes.non Escusable, La FRANCE n etait pas en Guerre , Eux etait en Guerre avec les FRANCAIS..Enfin FINI la Jouissance d un certain TYPE sans interret a l ELYSEE..La France devra ramener a l ordre les medias qui n est pas compatible avec la Democratie et le respect de chacun..ces medias font partis de ce qui a ete ces 5 Annees de Scandales politico Socialiste

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :