Ouverture d’une première «salle de shoot»

Ouverture d’une première «salle de shoot»

Les opposants au projet, situé à Paris, dénoncent une brèche menant à la légalisation des drogues.

Après des années de controverses, une «salle de shoot» va finalement ouvrir vendredi à Paris. Une première même si une expérimentation associative a déjà eu lieu à Montpellier dans les années 1990. La France devient ainsi le dixième pays au monde à expérimenter cet espace réservé aux toxicomanes, un projet apparu il y a trente ans en Suisse.

La toute nouvelle «salle de consommation à moindre risque» (SCMR) installée dans le Xe arrondissement de la capitale sera inaugurée mardi par la ministre des Affaires sociales et de la Santé, et la maire de Paris, Anne Hidalgo. Un événement. Symbole d’une évolution nécessaire de la prise en charge des toxicomanes pour les uns. Dangereuse brèche menant à la légalisation des drogues pour les autres.

Ce lieu de 400m2, géré par l’association Gaïa spécialisée dans le traitement de la dépendance aux drogues, devait initialement être installé boulevard de la Chapelle. Finalement accolé à l’hôpital Lariboisière, il disposera d’une entrée indépendante, sur la rue. Les substances consommées – héroïne, crack, sulfate de morphine ou médicaments de substitution – seront apportées par les toxicomanes eux-mêmes mais un matériel d’injection propre et stérile leur sera fourni. Située près de la gare du Nord, un des principaux lieux de vente et de consommation de drogues dures de la capitale, elle devrait accueillir environ 200 personnes par jour.

À l’intérieur, les consommateurs devront s’enregistrer de manière anonyme dans une première pièce d’accueil avant d’accéder à un espace fermé réservé à la consommation – par injection ou par inhalation – et composé d’une douzaine de box. «Les usagers auront une trentaine de minutes pour faire leur préparation et la consommer», précise Jean-Pierre Couteron, président de Fédération Addiction et défenseur du projet. Un troisième espace de repos est également prévu pour éviter des sorties trop hâtives. «Les personnes qui fréquenteront la salle de consommation pourront rencontrer de manière informelle des travailleurs sociaux, infirmiers ou médecins, éducateurs, explique Jean-Pierre Couteron. Le but, c’est de nouer des relations de confiance, de leur proposer des aides. Cet outil, c’est le chaînon manquant dans notre politique de réduction des risques pour des personnes en grande précarité et en difficulté, toute une catégorie de consommateurs qui tournent en rond dans le quartier et dans le dispositif de soin».

Un discours inaudible pour les opposants au projet, politiques, riverains ou associations, qui ont bataillé ferme, dans l’Hémicycle ou encore au Conseil d’État pour empêcher cette expérimentation. «C’est un bouleversement total de la politique consensuelle menée par tous les gouvernements depuis plus de vingt ans dans la lutte contre la toxicomanie. Nous passons d’une politique de réduction des risques à une politique de banalisation et de légitimation de la drogue. L’État dit “vous ne pouvez pas vous droguer mais on va vous aider à le faire”», s’insurge Philippe Goujon, député maire LR du XVe. Ce farouche opposant aux salles de shoot dénonce «une dépénalisation de fait» et «un premier pas vers la légalisation».

Un arrangement avec la loi

Il est vrai que l’installation des salles de shoot suppose un arrangement avec la loi de 1970 qui réprime l’usage et le trafic de stupéfiants. En effet, les usagers de la salle de consommation parisienne ne pourront être poursuivis pour usage et détention illicites de drogues. L’assouplissement de la législation aux alentours du lieu d’expérimentation fait craindre à Déborah Pawlik, élue LR de l’arrondissement, un effet «pot de miel» pour les dealers. «Cette salle va mécaniquement créer une demande et entraîner une augmentation du trafic, du nombre de toxicomanes dans le quartier et accroître le risque de nuisances et de règlements de comptes», déplore-t-elle alors que la Mairie de Paris met au contraire en avant une «réduction des troubles à l’ordre public».

Les horaires d’ouverture de la salle – de 13 h 30 à 20 h 30 toute la semaine – constituent un autre sujet d’inquiétude. «Où iront les toxicomanes aux heures de fermeture, durant la nuit? Ils ne vont pas caler leur emploi du temps sur celui de la salle…», ironise Déborah Pawlik qui regrette un manque de concertation avec les riverains alors que «le coût de fonctionnement annuel du projet de 1,2 million euros» est pourtant «loin d’être anodin». Sans attendre un premier bilan, une deuxième salle de shoot devrait voir le jour dans un mois à Strasbourg.

Un commentaire sur « Ouverture d’une première «salle de shoot» »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s