Comprendre l’affaire qui menace le FN et Marine Le Pen

Comprendre l’affaire qui menace le FN et Marine Le Pen

Le parti et deux de ses dirigeants ont été renvoyés jeudi en correctionnelle pour des soupçons de financement illégal de campagne électorale.

Nouvel épisode dans la série judiciaire qui agite le Front national et son financement : le parti et deux de ses dirigeants (le trésorier Wallerand de Saint-Just et le vice-président Jean-François Jalkh) ont été renvoyés jeudi 6 octobre en correctionnelle dans l’enquête sur le financement des campagnes législatives et présidentielle de 2012.

Pour comprendre cette affaire, ouverte au printemps 2014 par les juges Van Ruymbeke et Buresi, il faut s’intéresser au rôle joué par deux structures qui gravitent autour du FN : le microparti Jeanne et la société Riwal, tous deux dirigés par des proches de Mme Le Pen.

Sur quoi porte l’affaire ?

Plusieurs personnalités au sein du FN ou proches du parti auraient mis sur pied des montages frauduleux pour financer illégalement une partie des campagnes électorales des candidats lors des cantonales de 2011, des législatives de 2012 et de la présidentielle de 2012, où se présentait Marine Le Pen. La société Riwal, dirigée par un proche de Marine Le Pen, aurait également pu financer illégalement le Front national et le microparti de sa présidente, Jeanne.

Qui est impliqué ?

JEANNE

Au cœur du montage examiné par les juges se trouve ce microparti. Bien que son nom ne soit jamais apparu officiellement, cette structure a été créée à l’automne 2010 pour aider financièrement Marine Le Pen à prendre la succession de son père, qui tenait les cordons de labourse frontiste avec son propre microparti : Cotelec.

Véritable PME au service de et servie par la galaxie frontiste, le microparti était en 2012 la quatrième formation politique en termes de rentrées financières. Avec des ressources de 9,6 millions d’euros, Jeanne se trouvait derrière le PS, l’UMP et le PCF… mais devant le FN. L’essentiel de ses revenus proviennent de la facturation des « services rendus aux candidats pour les campagnes électorales ». Les deux trésoriers successifs de Jeanne, Olivier Duguet (2010-2012) et Axel Loustau (depuis 2012), ont fait leurs armes au sein du GUD, un groupuscule d’extrême droite.

Lire aussi :   Comment s’enrichit Jeanne, le microparti de Marine Le Pen

Depuis le 5 mai, la structure est mise en examen pour « acceptation par un partipolitique d’un financement provenant d’une personne morale et escroqueries lors des législatives de 2012 ».

RIWAL

Créée en 1995, dans la foulée de la conquête de trois mairies par le Front national, cette agence de communication a toujours été un prestataire de services du parti frontiste. Riwal a fourni de nombreuses prestations aux candidats du parti lors de ses campagnes en 2011 et 2012. Elle est dirigée par Frédéric Chatillon, un ancien cadre du GUD, proche de Marine Le Pen, d’Olivier Duguet et d’Axel Loustau (qui est même actionnaire de Riwal, selon Libération).

Que leur est-il reproché ?

  • Les « kits de campagne »

Riwal et son patron, Frédéric Chatillon, ont été mis en examen en janvier et en avril 2015 pour des soupçons d’escroquerie et d’abus de bien sociaux dans le cadre de la campagne des législatives de 2012. On leur reproche d’avoir proposé aux 525 candidats frontistes l’achat de « kits de campagne » coûtant 16 650 euros, qui était ensuite remboursés grâce au financement politique public, par lequel l’Etat rembourse les frais de campagne des candidats ayant obtenu au moins 5 % des voix.

Composés de tracts, affiches et sites Web, ces kits auraient été largement surfacturés aux candidats « dans l’unique but de majorer des dépenses électorales remboursables » alors qu’ils « ne correspondai[en]t pas nécessairement à leurs besoins ». « Certaines prestations étaient basées sur des fausses factures », assurent les juges Renaud Van Ruymbeke et Aude Buresi. Selon une enquête de l’Obs, certaines d’entre elles étaient facturées jusqu’à cinq fois le prix du marché.

Mais surtout, ils auraient été imposés par l’état-major du parti comme « la contrepartie obligatoire de leur investiture », ce qui est interdit par le code électoral. En effet, selon l’ancien commissaire aux comptes de Jeanne, 99 % d’entre eux y ont souscrit. Certains « contrats forcés » auraient même été paraphés avec des signatures frauduleuses.

En plus de bénéficier à Riwal, qui a réalisé, selon L’Obs, plus de 2 millions d’euros de marge en 2012, ce montage a peut-être profité à Jeanne, qui aurait pris des marges au passage en tant qu’intermédiaire. Pour financer leur kit, les candidats frontistes aux législatives se sont quasiment tous vu proposer par le microparti un prêt standard de… 16 650 euros, avec un taux d’intérêt (6,5 %) bien supérieur à celui des banques.

L’occasion pour la « banque » improvisée Jeanne d’empocher un joli pactole, qui pourrait servir à Marine Le Pen de cagnotte en vue de l’élection présidentielle de 2017. Mais la justice pourrait contester la légalité de ses intérêts, empochés par le microparti aux frais du contribuable.

Pour se justifier, l’état-major du FN explique qu’il s’agit là du seul moyen decontourner la réticence des banques à financer ses candidats. Au total, la justice estime à 10 millions d’euros l’argent détourné par Riwal et Jeanne pour le financement de l’ensemble des campagnes frontistes en 2012 (présidentielle et législatives).

Le fonctionnement présumé de Jeanne.
  • Des emplois fictifs ?

Les juges s’intéressent également à l’embauche par Riwal de deux proches conseillers de Marine Le Pen à la fin de la campagne de 2012. David Rachline,conseiller en communication, et Nicolas Bay, porte-parole de la candidate, ont en effet été salariés en mai et juin 2012 par l’agence de communication pour des missions de « responsable de projet » et « concepteur rédacteur ».

Les émoluments perçus par les conseillers pendant ces deux mois (respectivement 4 648 et 7 013 euros) pourraient selon les juges s’apparenter à du financement illégal de campagne électorale, s’il s’avérait qu’ils étaient payés par une société privée pour travailler en réalité pour la candidate frontiste. C’est ce qui avait été reproché à Alain Juppé, condamné en 2004 dans l’affaire des emplois fictifs à la mairie de Paris qui bénéficiaient en réalité au RPR.

Nicolas Bay, David Rachline et Marine Le Pen devraient prochainement êtreentendus par les juges sur ces soupçons. Dans un communiqué publié le samedi 11 avril, ils se défendent d’avoir occupé des emplois fictifs, expliquant que leurtravail consistait à alimenter le contenu des sites web et des documents de campagne fournis par Riwal aux candidats.

  • Les facilités « en nature » de Riwal

Enfin, Riwal est accusée d’avoir rendu gracieusement plusieurs services à Jeanne et au Front national, qui pourraient constituer un « financement illégal de parti politique par une personne morale ».

Riwal aurait mis à disposition gratuitement des locaux et des employés au microparti de Marine Le Pen. La société de Frédéric Chatillon lui aurait également octroyé des crédits sans intérêts et aurait pris en charge certaines de ses factures pour des travaux de comptabilité.

Riwal aurait également entretenu des relations suspectes avec le FN lui-même, en lui payant notamment une facture de 412 000 euros, largement surévaluée, et pour des prestations potentiellement fictives, selon les magistrats. En outre, Riwal concédait au parti frontiste des facilités financières : la société ne facturait aucun intérêt au FN pour un crédit permanent qu’il lui consentait, sous la forme d’une dette non réclamée – qui atteignait 943 000 euros à la fin 2013.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/04/10/comprendre-l-affaire-qui-menace-le-fn-et-marine-le-pen_4613477_4355770.html#ioI8tqgtxWpuIoxm.99

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/04/10/comprendre-l-affaire-qui-menace-le-fn-et-marine-le-pen_4613477_4355770.html#ioI8tqgtxWpuIoxm.99

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s