Hidalgo, les naturistes et les prophéties de Philippe Muray

Hidalgo, les naturistes et les prophéties de Philippe Muray

FIGAROVOX/ANALYSE- Bruno Julliard, maire-adjoint de Paris a défendu l’idée d’un camp de naturistes dans la capitale. Pour Vincent Trémolet de Villers, Anne Hidalgo est le personnage le plus abouti de l’écrivain Philippe Muray.



Vincent Trémolet de Villers est rédacteur en chef des pages Débats/Opinions du Figaro et du FigaroVox


«Le réel est reporté à une date ultérieure», écrivait Philippe Muray. C’était il y a quatorze ans. Cette formule ferait un beau slogan pour la campagne perpétuelle d’Anne Hidalgo. C’est un monde enchanté qu’elle promeut, une éternelle île aux enfants.

Dernier cadeau? Bruno Julliard a défendu ce lundi la création d’«une zone naturiste dans la capitale»: «Paris

capitale, mais Paris à poil!», aurait-il pu ajouter. «Ça ne fait de mal à personne», a poursuivi l’adjoint au maire de Paris et c’est une revendication du groupe écologiste. Bigre! David Belliard, coprésident de ce groupe défenseur de la planète, est encore plus précis: «On souhaite expérimenter un espace récréatif dans lequel les naturistes puissent se dénuder librement.» Ce pourrait être dans un parc, un jardin public, si l’on a bien compris. Proposons ici aux élus de Paris d’attribuer à ces braves gens une partie des voies sur berge de la rive droite. Une zone sans voiture, sans chemise et sans pantalon. À pied, en trottinette ou en Vélib, on y déambulera nu comme des vers. L’outrage aux bonnes mœurs s’arrêtera à cette nouvelle frontière et le mooning(coutume britannique qui consiste à montrer son arrière-train), laissera le passant indifférent. Il y aura inauguration (tenue de ville?), campagne électorale sur zone où l’on pourra mesurer le degré d’implication des candidats. C’est magique et tragique: un mélange de Houellebecq et de Philippe Muray.

«Le réel ne passera pas», poursuivait ce dernier. Le réel, il faut dire, est triste comme un monospace, ennuyeux comme un lotissement, vulgaire comme un embouteillage. Plus encore, avec sa cohorte de chômeurs, de commerciaux qui roulent en diesel, de prolos qui ont la même bagnole depuis 1998!,de banlieusards qui n’habitent pas une surface atypique en plein cœur de Paris, de «pass Navigo» qui ne goûtent pas à la poésie des «défaillances techniques» et des «incidents voyageurs» dans le RER E, le réel est dégoûtant. «Salauds de pauvres!», lançait Jean Gabin dansLa Traversée de Paris.

On préfère une vie de coulées vertes et de potagers urbains (bio), de plages estivales et de Nuit debout, de marchands de légumes oubliés et de lieux de mémoire, de restaurants végans et de galeries vides, de squares sans tabac et de salles de shoot, de burkinis et de naturistes, de barbiers «à l’ancienne» et de hipsters. Puisqu’il est impossible de remplacer l’asphalte des rues parisiennes par les surfaces souples des écoles maternelles, la mairie, heureusement, ne lésine pas sur les «alertes nécessaires ainsi que les informations et les recommandations en direction des usagers sur ce qu’il faut faire et ce qu’il vaut mieux éviter» (Muray encore). On oubliera donc ni casque ni genouillère, et «la police du plaisir sain», bras croisés et bottes de cuir, veillera au grain dans les rues de Paris. Rollers et matraque: le bonheur, c’est fluide comme une circulaire municipale.

On nous dira que le monde rêvé d’Anne Hidalgo a la plus belle ambition qui soit: découvrir «l’Autre» (ce qui déshabillé n’est pas sans risque). Tous ces efforts, cependant, créent de plus en plus de barrières: c’est aux socialistes que nous devons la restauration des octrois à l’entrée de Paris. De départ des familles en gentrification des quartiers populaires: «l’Autre» est renvoyé en banlieue quand ce n’est pas au-delà et c’est le «Même» finalement qui profite de la piétonisation des voies sur berge. Ce que dit Christophe Guilluy, dans son dernier essai, Le Crépuscule de la France d’en haut(Flammarion): «Si les élites et les classes supérieures vantent l’ouverture au monde et aux autres, elles érigent dans le même temps des frontières invisibles qui accentuent les inégalités spatiales et culturelles pour donner naissance à la “ville ségrégée”. Proches de l’immigré mais pas trop.»

Pour Anne Hidalgo, pourtant, les mots sont performatifs. Il suffit de les dire pour que les choses existent. «L’ennui c’estque Paris-Plage n’existe pas, écrivait déjà Philippe Muray il y a dix ans, il faut le rappeler une fois encore, sans la moindre agressivité et fermement. C’est un concept, un schéma, une idée générale, tout ce que l’on voudra ; mais pas une plage. Au mieux, une sorte de mythe urbain, une chimère, un mensonge cousu de sable blanc.»

Muray avait tout vu et ses prophéties – les passions distractives et législatives, le festivisme comme religion, «le triangle des bermudas», «la cage aux phobes», «l’adulte infantifié sur son île de rêve», la touriste blonde décapitée sur l’îlede Tralala – sont si précises que l’on cherche dans ses essais l’invention d’Anne Hidalgo: présente partout, visible nulle part…

Muray avait tout vu. Tout sauf les nudistes de Paris. Il aurait sans doute modifié sa superbe formule:«Le réel est reporté à une date… postérieure.»            http://linkis.com/www.lefigaro.fr/vox/TM3rt

Un commentaire sur « Hidalgo, les naturistes et les prophéties de Philippe Muray »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s