HOLLANDE CANDIDAT….DEPUIS 2012 !!!

HOLLANDE CANDIDAT….DEPUIS 2012 !!!

Par Catherine Nay

François Hollande a écouté ceux qui le pressaient de sortir rapidement du bois. C’est qu’il y a le feu au lac, quand les sondages le placent à la fois derrière Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron au premier tour de la présidentielle. Trop longtemps, le chef de l’État s’est tu. Il fallait d’urgence qu’il parle à sa gauche. Son discours salle Wagram, le 8 septembre, est son premier meeting de campagne. Penché sur son pupitre, à la manière d’un François Mitterrand, il s’est lâché, a étrillé ses rivaux : Nicolas Sarkozy beaucoup, Alain Juppé un peu. Il a même eu un mot vipérin pour Emmanuel Macron. Mordre ou griffer, il sait faire. Son auditoire était ravi.

« Je ne laisserai pas la France être abîmée, réduite, voir ses libertés mises en cause, son État de droit contesté… » « La Constitution n’est pas un texte flexible », clame ce président qui oublie que, en novembre il voulait justement réviser la Constitution pour y inclure la déchéance de nationalité et l’état d’urgence. Le débat a duré quatre mois, ulcéré une partie de son camp. Il a renoncé. Emmanuel Macron date de là sa rupture avec lui.

« Je suis Européen, profondément Européen et je ne laisserai pas l’Europe se disloquer », affirme François Hollande sous les applaudissements. Comment va-t-il s’y prendre, lui qui, depuis 2012, est demeuré muet dans les Conseils européens et n’y a jamais imprimé sa marque.

Comment peut-il songer à être candidat quand 88 % des Français ne le souhaitent pas, selon un sondage Elabe pour BFM TV ? Le président décidera en décembre. Il fait sienne cette formule de Nicolas Sarkozy : « La France se donne toujours à celui qui en a le plus envie. » Ce n’est pas parce qu’une femme vous rejette qu’il faut cesser de lui faire la cour… elle peut changer d’avis ! François Hollande songe à sa réélection… depuis mai 2012. Déjà, il ambitionnait de réussir là où son ennemi Sarkozy avait échoué. “Au secours, la droite revient !”, “Moi ou le chaos”, son nouveau leitmotiv. On a déjà entendu ça du temps de Mitterrand. Le plus préoccupant pour lui est ses ex-ministres devenus ses plus farouches adversaires.

Julie Gayet fait la une de Paris Match. « Libre et engagée, elle va jouer son rôle », annonce l’hebdomadaire. La jeune actrice aura au moins gagné d’être connue du grand public. Elle aimerait aujourd’hui être enfin reconnue par lui, le président. Elle pose, la main gauche doigts écartés, une alliance au doigt. Un message subliminal ? Las, son amoureux n’est pas un homme qui s’engage. Il n’a pas épousé la mère de ses quatre enfants, a répudié sans affect Valérie Trierweiler. Est-il “un terrain constructible” pour les femmes ? Voire !   http://www.valeursactuelles.com/hollande-candidat-depuis-2012-65042

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s