Alstom: les syndicats appellent à la grève le 27 septembre

Alstom: les syndicats appellent à la grève le 27 septembre

L’intersyndicale (CFE-CGC, CGT, CFDT, FO) est unie pour protester contre le projet d’arrêt de la production de trains à Belfort.

Depuis l’annonce de la probable fermeture d’une partie des usines d’Alstom à Belfort, les rebondissements sur le destin de ce site de production sont quotidien.Après le président et le premier ministre, c’est au tour de l’intersyndicale (CFE-CGC, CGT, CFDT, FO) d’Alstom de tout mettre en oeuvre pour maintenir l’emploi et l’activité sur le site de Belfort. Cette dernière appelle tous les salariés du constructeur ferroviaire à débrayer le 27 septembre contre le projet d’arrêt de la production de trains à Belfort, ont indiqué à l’AFP des représentants des quatre syndicats.

Ils exigent également que le PDG du groupe vienne «s’expliquer» devant les instances représentatives du personnel et, en attendant, suspendent toutes les négociations sociales en cours.

La veille, dans une lettre résignée, Henri Poupart-Lafarge, le PDG d’Alstom, écrivait:«Il apparaît aujourd’hui impossible d’assurer un avenir pérenne pour les activités du site de Belfort.» De quoi doucher les espoirs des employés du site belfortain.

En fait, ce courrier avait été rédigé vendredi et aurait dû partir illico. Son but? Permettre au PDG du groupe de s’adresser directement aux salariés… Mais «posté» trois jours plus tard pour être traduit en anglais, le message «à retardement» a donné le sentiment que la direction d’Alstom campait sur sa position.

Ce nouveau couac fait écho à l’annonce malvenue, mercredi dernier, de la fin programmée de la production de locomotives à Belfort, le jour où le groupe Alstom et la SNCF donnaient le départ du projet de «TGV du futur». «Alstom n’est pas du tout sourd à ce que fait le gouvernement, indique une source interne. Au contraire, nous sommes ouverts à toutes les solutions concrètes qui permettront d’étudier la charge des différents sites du groupe en France.»

» Lire aussi: Alstom: l’Etat était au courant de possibles suppressions d’emplois depuis plus d’un an

Le gouvernement a donné 10 jours à la direction pour trouver une solution

Le gouvernement a en effet donné 10 jours à la direction de l’entreprise pour trouver une solution. Les marges de manœuvre sont étroites. En effet, la direction du groupe a maintenu en France un appareil industriel qui ne correspond plus à sa surface commerciale. Mardi matin, Pierre Gattaz, le patron du Medef, a mis en garde le gouvernement contre la tentation de «commandes artificielles» destinées à maintenir l’emploi sur le site de Belfort. Le sauvetage de Belfort et l’appel à la commande publique peuvent faire courir ce risque. Or la SNCF, le Stif, les régions n’ont pas les moyens de financer des équipements ferroviaires qui feraient tourner à plein les usines du groupe.

Les dix prochains jours permettront peut-être de rééquilibrer l’activité sur les sept sites industriels du groupe dans l’Hexagone. Mais fin septembre, le paysage ferroviaire français n’aura pas changé pour autant. Le chômage partiel va se poursuivre chez Alstom à Valenciennes. Quant à Belfort, les salariés continueront à y prendre leur RTT tous les vendredis puisque les commandes ne sont pas au rendez-vous.  http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/09/14/20002-20160914ARTFIG00241-alstom-les-syndicats-appellent-a-la-greve-le-27-septembre.php?utm_medium=Social&xtor=AL-155-[twitter]&utm_campaign=Echobox&utm_source=Twitter&utm_term=Autofeed#link_time=1473867736

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s