Pour nos élites, il est inconcevable que l’immigration pose un problème

Pour nos élites, il est inconcevable que l’immigration pose un problème

Enlisés dans l’idéologie des droits de l’homme, nos dirigeants peinent à répondre aux offensives culturelle ou militaires déclenchées par les islamistes. Pour sauver notre mode de vie, Marcel Gauchet prône une laïcité combative et argumentée.Causeur. Depuis janvier 2015, la France a été régulièrement frappée par des attentats islamistes qui affaiblissent une cohésion sociale déjà fragile. En dépit de la rhétorique guerrière qui fait florès dans la classe politique, nous avons du mal à penser ce qui nous arrive. Du reste, nous avons déjà du mal à le nommer. Faut-il, selon vous, parler de « guerre contre le terrorisme » ?

Marcel Gauchet. Nous ne sommes pas en guerre, car la guerre suppose des entités politiques définies qui se combattent suivant des règles établies. Si nous étions en guerre, nous devrions considérer Salah Abdeslam comme un prisonnier de guerre couvert par la convention de Genève, ce qui serait assez embêtant pour l’enquête et le procès. Nous sommes dans une affaire de police à l’épreuve d’un genre particulier de délinquance qu’on appelle terrorisme. Cependant le mot de « police » est trop faible par rapport à la gravité de ces attentats. Aussi l’affichage de militaires qui ne servent absolument à rien d’un point de vue pratique – ils n’ont empêché aucun attentat – revêt-il une importance symbolique extrême. En fait, nous aurions besoin d’une police qui utiliserait des moyens militaires. Cela voudrait dire tuer des gens considérés comme des combattants, alors que la police arrête les suspects et ne tire qu’en situation de légitime défense.

En tout cas, si c’est une guerre, c’est une drôle de guerre. Malgré la prolongation de l’état d’urgence et les grandes déclarations du gouvernement, seule une poignée de djihadistes présumés a été arrêtée cet été. Comment expliquez-vous le fossé entre le vocabulaire belliqueux employé par les autorités et la faiblesse des résultats ?

Nous sommes en guerre et en vacances, et c’est pour protéger les vacances que nous sommes en guerre ! Cette manière assez particulière de faire la guerre nous éloigne passablement d’une quelconque mobilisation collective. Tous nos repères habituels répugnent fondamentalement aux moyens qu’il faudrait utiliser. Un état de guerre réel, par exemple, ne laisserait pas des ennemis déclarés revenir s’installer sur notre territoire. Or nous allons tranquillement permettre à quelques centaines de djihadistes de regagner leurs pénates dans nos banlieues, rapatriement de Syrie aux frais du contribuable, avec quelques mois de prison à la clé tout au plus. Mais nous n’allons pas manquer de poster des militaires devant la cité pour leur montrer qu’au cas où, ça pourrait chauffer !

http://www.causeur.fr/immigration-islam-burkini-mondialisation-40011.html?utm_source=Sociallymap&utm_medium=Sociallymap&utm_campaign=Sociallymap#

2 commentaires sur « Pour nos élites, il est inconcevable que l’immigration pose un problème »

  1. Inconcevable? Parce qu’ils vivent dans des quartiers chics à l’abri de la misère et des exactions! Nos élites sont des égoïste set des nantis qui provoquent l’abstention et le vote pour les extrêmes!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s