François Hollande, les grands discours, les oublis et les petits actes

Petit coup de colère contre cet incapable  moi je … prétentieux , fat, imbu, menteur incapable  , l homme au  scooter et a la braguette ouverte  belle image de F Hollande !   Vos flèche anti Sarkozy sur lui elles glissent sans l atteindre , vous le lui arriverez jamais aux chevilles , voila  la raison de votre haine contre ce grand Président !

 

MONSIEUR HOLLANDE SOUS NICOLAS SARKOZY LA FRANCE ÉTAIT EN SÉCURITÉ , NOUS N AVIONS PAS PEUR DES  ACTES CRIMINELS A TOUS LES COINS DE RUES,  COMME AVEC VOUS LES LAXISTES PS , NOUS N AVIONS PAS PEUR DE SORTIR EN SHORT OU EN MINI SANS ETRE ATTAQUÉE PAR LES RACAILLES QUE VOUS PROTÉGEZ !!  SOUS NICOLAS SARKOZY LES 230 JEUNES MORTS A CAUSE DE VOTRE LAXISMES SERAIENT ENCORE EN VIE , SOUS NICOLAS SARKOZY LES CLASSES MOYENNES N ÉTAIENT PAS ÉTRANGLÉS PAR LES TAXES , SOUS NICOLAS SARKOZY LES FRANCAIS GAGNAIENT  PLUS D ARGENT , LE CHÔMAGE ÉTAIT FAIBLE  ! SOUS NICOLAS SARKOZY NOUS N AVIONS PAS PEUR QUE NOS VILLES EXPLOSENT A TOUT MOMENT A CAUSE DES BOUTEILLES DE GAZ DANS LES VOITURES UN PEU PARTOUT EN FRANCE , VOUS ETES COUPABLE OUI COUPABLES VOUS AVEZ TRAHI LA PATRIE POUR LES VOIX DE CES RACAILLES ÉTRANGÈRES ON NE L OUBLIERA PAS EN 2017  LA FRANCE VOUS DONNERA UNE BELLE RACLÉE AUX URNES DÉGAGEZ MENTEURS INCAPABLES !.         QUANT A VOTRE BILAN , IL EST COMME VOUS CATASTROPHIQUE VOUS AVEZ SACCAGÉE RUINÉE TUÉE LA FRANCE   EN TOUT DOMAINES !

VIDÉO. Le chef de l’État a prononcé un discours fort sur le thème de « la démocratie face au terrorisme ». Mais entre la parole et les actes, le fossé se creuse.

Si François Hollande était jugé sur la qualité de ses discours, il aurait des chances d’être au second tour de la présidentielle. Celui qu’il vient de donner salle Wagram, àParis, était de très bonne tenue et annonçait sa candidature prochaine puisque, pour lui, son « idée de la France » est « le combat d’une vie ». On ne quitte pas le ring après une telle formule et les nombreuses réunions hebdomadaires qu’il consacre à sa future campagne électorale démontrent que le candidat est sur le sentier.

Malheureusement, François Hollande est jugé sur ses actes. Le gap constaté entre sa parole publique et ses décisions se lit, hélas, dans les sondages qui le disqualifient loin derrière ses opposants, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé ou Marine Le Pen, et ses anciens soutiens, Emmanuel Macron en particulier…

À Sarkozy, les flèches empoisonnées

Le chef de l’État ne pouvait rester en réserve du débat tandis que depuis quelques semaines tous occupent l’estrade et déroulent leurs propositions. François Hollande s’est invité à la table de la grande conversation avec la gravité particulière qui tient à sa fonction. Comme d’habitude, c’est à Nicolas Sarkozy qu’il réserve ses flèches les plus empoisonnées. On le sent en effet moins à l’aise vis-à-vis d’Alain Juppé, dont il partage l’exigence d’une certaine « mesure » dans l’expression afin de ne pas blesser ou stigmatiser, le respect de l’État de droit, la place faite à « l’immense majorité de musulmans qui vivent paisiblement leur religion » et le dégoût pour les « lois de circonstance » (référence implicite au burkini).

Sarkozy, cible principale, présenté comme le tenant d’une démocratie qui s’affaiblirait devant l’ennemi djihadiste. François Hollande rappelle que « c’est quand elle a cédé que la République s’est perdue ». Pensait-il à Vichy ? Sans le nommer, il accuse Nicolas Sarkozy de bafouer la présomption d’innocence des personnes fichées S. Un principe « bien commode à brandir quand il s’agit de plaider son propre compte », cingle Hollande par allusion aux affaires qui gênent son adversaire. Sarkozy appréciera l’ironie… et ne manquera pas de lui répondre, dès jeudi après-midi, lors d’un meeting prévu à Vendôme (Loir-et-Cher).

L’oubli de la déchéance de nationalité

Autre effet de manche, le président a énuméré (en les caricaturant parfois) les propositions de la droite face à la menace terroriste : internement administratif des suspects, abandon des droits de l’homme, rétablissement d’une Cour de sûreté de l’État, suppression du regroupement familial tendant à faire le lien entre immigration et terrorisme… Pour lui, la Constitution n’est pas un « texte flexible ». Il est fort de café que François Hollande s’érige en défenseur de la loi fondamentale quand il y a seulement quelques mois, c’est lui-même qui, se laissant emporter par l’émotion des attentats, avait proposé de réviser la Constitution pour y introduire la déchéance de nationalité pour les binationaux nés Français. Là aussi, les discours confrontés aux actes sont cruels…

Profitant de cette conférence devant un parterre d’élus socialistes, François Hollande a également défendu son bilan social. « Un pays solide, c’est un pays solidaire », a-t-il souligné. Cette fois, il visait à la fois les programmes libéraux de ses adversaires de droite et répondait au procès en trahison de la gauche venant de son propre camp. Alors il a plaidé en rappelant les avancées sociales sous son quinquennat en assurant à son auditoire qu’il abrégerait sinon « ça nous prendrait la journée ». Il se dit fier du sauvetage de la retraite et de la pénibilité au travail, de la généralisation des complémentaires santé et du tiers payant, de la garantie jeune, de la lutte contre les discriminations, de la prime d’activité…

L’ébauche d’un nouveau programme

François Hollande a laissé entendre à plusieurs reprises qu’il n’était pas arrivé au bout de son chemin. Qu’il a encore beaucoup à faire, ne serait-ce que pour l’école ou les nouvelles formes de participation citoyenne à la démocratie. Il s’est également rallié à l’idée d’une limitation du cumul des mandats « dans le temps ». Bref, c’est un programme pour le prochain quinquennat qu’il a esquissé dans la seconde partie de son discours. En somme, il a présenté son premier mandat comme une réparation des dégâts de la droite (rétablissement du nombre de policiers, de profs…) tandis que le second serait consacré à l’adaptation du modèle social français à la compétition internationale avec, pourquoi pas, de nouveaux droits…

En tout cas, son positionnement de campagne est limpide depuis plusieurs mois : Hollande se pose en sauveur de l’Europe (face à l’égoïsme britannique qui n’y verrait qu’une place financière ou aux boutiquiers des pays de l’Est), sauveur du modèle social (face à une droite qui chercherait à le démanteler), rassembleur d’une nation qui ne serait pas repliée sur une « identité passée », mais sur une « idée » universaliste : la France, comme phare des libertés du monde. On aimerait tellement que les discours soient suivis des actes… Macron l’a dit en quittant le navire : « On a tout fait à moitié. »

SUR LE MÊME SUJET
Présidentielle, terrorisme, burkini : Hollande défend son bilan

http://www.lepoint.fr/politique/emmanuel-berretta/francois-hollande-les-grands-discours-les-oublis-et-les-petits-actes-08-09-2016-2066977_1897.php

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s