Primaire à droite : Dati, pro-Sarkozy, fusille NKM

BRAVO MADAME DATI …………..

Primaire à droite : Dati, pro-Sarkozy, fusille NKM

Nathalie Kosciusko-Morizet, on en a fait le héraut du combat des femmes, pourtant je ne l’ai jamais vue sur les vrais combats des femmes ». La pique est acérée, elle émane de Rachida Dati. Ce jeudi matin, sur iTélé, l’ancienne garde des Sceaux, qui a sans surprise officialisé son soutien à Nicolas Sarkozy, reproche à lacandidate à la primaire d’avoir utilisé le fait d’être une femme pour justifier qu’on l’aide à obtenir ses parrainages à la primaire, « dont elle a elle-même écrit les règles ».

 

« Il faudrait qu’elle s’interroge sur le manque d’adhésion et de désir qu’elle suscite auprès de nos adhérents », poursuit l’eurodéputée et maire du VIIe arrondissement, décidément mordante. Elle rappelle que, « pour la présidence de l’UMP, elle n’avait pas eu ses parrainages » ou qu’il lui avait fallu « le soutien de Philippe Goujon », figure de la droite parisienne, pour être candidate à Paris. « Ségolène Royal, son parti n’en voulait pas mais elle a remporté haut la main la primaire », s’est-elle même exclamée.

 

La probité et Fillon, « c’est çui qui dit qui yest ! »

 

Les deux femmes aiment tant se détester… En 2008, Rachida Dati et Nathalie Kosciusko-Morizet s’affichaient bras dessus bras dessous sur la dalle d’Argenteuil (Val d’Oise). Entre la brune ministre de la Justice et la blonde secrétaire d’État à l’Ecologie, la première dominait par la fonction, la seconde par la hauteur de ses talons aiguille. L’amitié qu’elles revendiquaient était politique, la bataille pour affronter Anne Hidalgo à Paris y mettra fin. La pré-campagne des municipales a aussi conforté la haine que vouait Dati à François Fillon, coupable de lui avoir soutiré sa circonscription parisienne, l’obligeant à se faire élire au parlement européen. L’ancien Premier ministre en a lui-aussi pris pour son grade ce matin.

 

En assénant que « le général de Gaulle n’a jamais été mis en examen », Fillon «appelle à la morale et au refus de l’abaissement des institutions et des fonctions » mais « il abaisse lui-même la fonction qu’il a occupée, ce n’est pas digne d’un Premier ministre, et il abaisse la fonction à laquelle il aspire ». Et de renvoyer Fillon à ses contradictions : « Si Nicolas Sarkozy n’est pas exemplaire, il ne fallait pas rester travailler avec lui cinq ans. (…) Il voulait ce poste, je suis bien placée pour le savoir, et s’est battu pour y rester ». Et de résumer, comme une enfant, la bagarre pour l’exemplarité que veut mener Fillon : « C’est çui qui dit qui yest ! »http://www.leparisien.fr/elections/presidentielle/primaire-a-droite-dati-pro-sarkozy-fusille-nkm-08-09-2016-6103991.php#xtor=AD-1481423554

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s