Affaire Bygmalion : Wauquiez agace en volant au secours de Sarkozy

Affaire Bygmalion : Wauquiez agace en volant au secours de Sarkozy

LE SCAN POLITIQUE – Au nom du parti qu’il préside par intérim, Laurent Wauquiez a dénoncé la demande du parquet de renvoyer Nicolas Sarkozy en correctionnelle. Une déclaration qui irrite les autres candidats à la primaire.

Pas question de mettre le parti à disposition de Nicolas Sarkozy, qu’il soutient. Une promesse de neutralité formulée par Laurent Wauquiez, président par intérim des Républicains, et qui semble déjà oubliée. Lundi, l’ancien ministre a très fermement fustigé la décision du parquet de demander le renvoi en correctionnelle de Nicolas Sarkozy, dans le cadre de l’affaire Bygmalion. «Les réquisitions annoncées ce matin par le parquet ressemblent à une énième manœuvre politico-judiciaire, qui terminera comme les précédentes aux oubliettes», s’indigne-t-il dans un communiqué envoyé par le service de presse du parti. Pour Laurent Wauquiez, «il est troublant de constater que la demande de renvoi en correctionnelle porte sur des motifs pour lesquels Nicolas Sarkozy n’a pourtant pas été mis en examen». L’ancien ministre juge que «cela s’apparente à une volonté de déstabilisation qui nourrit légitimement les soupçons d’instrumentalisation de la justice.»

«Ce communiqué n’engage pas Bruno Le Maire»

Un porte-parole de Nicolas Sarkozy n’aurait pas dit autre chose. Ce qui fait tousser les autres candidats, qui surveillent de près la manière dont Laurent Wauquiez dirige le parti. «Ce communiqué n’engage pas Bruno Le Maire. Pour nous c’est clair: on ne critique pas et on ne critiquera jamais les décisions de justice», explique l’entourage du député de l’Eure. «Le ferait-il avec la même vigueur s’il s’agissait de quelqu’un d’autre? Je l’espère mais quelques uns en doutent…», glisse Philippe Gosselin, proche d’Hervé Mariton. «On sait tous que Laurent Wauquiez roule pour Nicolas Sarkozy. Mais son intervention ne l’aidera pas. Ça hystérisera seulement les fans de Sarko qui voient des complots partout», tance un juppéiste qui préfère garder l’anonymat.

«Je ne suis pas solidaire (de ce communiqué)», rétorque le député filloniste Bernard Debré. L’équipe de l’ancien premier ministre a d’ailleurs réagi à cette déclaration mardi lors d’un point presse hebdomadaire: «La primaire exemplaire c’est celle où les responsables des formations politiques, de plein exercice ou par intérim, veilleront dans leurs prises de parole et leurs actes, à ne pas avantager un candidat. S’ils cherchent à avantager un candidat, il faut qu’il les avantage tous. De telle sorte que personne ne puisse penser que le parti est confisqué au bénéfice d’un candidat», a lancé le député Jérôme Chartier. «Qui imagine de Gaulle mis en examen?», s’était interrogé François Fillon la semaine dernière lors de sa rentrée politique… Un tacle à mille lieues de la position officielle des Républicains qui s’évertue à défendre son ancien président.http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2016/09/05/25002-20160905ARTFIG00239-affaire-bygmalion-wauquiez-agace-en-volant-au-secours-de-sarkozy.php

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s