Cahuzac : Hollande savait

ET ça se permet de donner des leçons et d accuser Nicolas ?  lisez et partagez en  en masse SVP .

François Hollande fraude le fisc et savait pour Cahuzac : c’est ce que semblent indiquer de plus en plus d’éléments, entre déclarations sous-estimées, concubine à géométrie variable et réunions informelles passées sous silence.

Par Baptiste Créteur.

François Hollande est, en théorie, un spécialiste de la fiscalité. Énarque, Secrétaire de la Commission des Finances et du Plan et rapporteur du budget de la Défense sous Mitterrand, il avait alors produit un rapport sur la fiscalité portant principalement sur le patrimoine.

Il maîtrise également les subtilités de la fiscalité française. Sa situation fiscale personnelle est largement optimisée ; il bénéficie comme nombre d’hommes politiques exemplaires de nombreux avantages fiscaux, d’un mode de calcul préférentiel, et sous-estime largement sa fortune personnelle à l’instar de ses ministres.

Ses déclarations de patrimoine sont pour le moins troublantes : nourri, logé, blanchi et grassement rémunéré, son patrimoine est assez faible pour qu’on se demande où passe son argent – avec 15 000 euros par mois d’argent de poche pour épargner aussi peu, la situation de la Corrèze n’a plus rien d’étonnant.

Ses déclarations sont aussi troublantes du point de vue de sa situation familiale, plus précisémentautour de la situation de madame Trierweiler dont les médias ont étrangement peu parlé.

  • Si elle est sa concubine, elle doit figurer sur la déclaration de patrimoine du chef de l’État, et il a menti sur sa déclaration de patrimoine – il devrait payer l’ISF, et son élection pourrait en théorie être invalidée.
  • Si elle ne l’est pas, elle bénéficie indûment des services de l’Élysée, et il s’agit d’un détournement de fonds publics – Xavier Kemlin a déposé une plainte en ce sens.

Concrètement, notre cher président est maître en matière d’optimisation fiscale, et sa situation fiscale fait planer le doute : une fraude n’est pas inconcevable. Il connaît bien le sujet, et il savait pour Jérôme Cahuzac.

C’est ce que semble indiquer une réunion étrangement oubliée par l’ancien ministre à l’Élysée, le 16 janvier dernier, entre ce que le gouvernement compte d’hommes intègres : François Hollande, Jean-Marc Ayrault, Pierre Moscovici, Jérôme Cahuzac. Une réunion au sujet d’ »une demande d’entraide administrative » avec la Suisse, démarche dont l’ancien ministre menteur affirmait ne pas avoir été informé.

Charles de Courson, qui préside la commission d’enquête parlementaire chargée d’analyser la gestion de l’affaire Cahuzac au sommet de l’État, affirme par ailleurs que le président, informé ou pas, détenait dès décembre assez d’informations pour éveiller de forts soupçons :

Dans la foulée, le centriste Charles de Courson a répété mercredi et jeudi que François Hollande avait, « entre le 4 et le 18 décembre, l’ensemble des informations lui permettant de se rendre compte que des preuves graves, selon lesquelles Jérôme Cahuzac détenait un compte en Suisse, existent ».

Pour résumer, si on en croit les déclarations du président de la commission d’enquête – a priori pas complétement à côté de la plaque – François Hollande avait connaissance de preuves graves à la mi-décembre. Autant dire qu’il savait, ou du moins ne pouvait pas ignorer complétement. La réunion « informelle » de la mi-janvier indique que ces soupçons étaient assez forts pour que, au sommet de l’État, on prenne des mesures avec la Suisse.

On sait, au moins depuis Jérôme Cahuzac, qu’on ne peut plus donner de crédit à la parole politique. Il semble difficile pour le président aujourd’hui de dire qu’il savait après avoir nié, et toute sa majorité sera solidaire pour discréditer les preuves de plus en plus probantes qui continueront de s’accumuler jusqu’à ce qu’on enterre le dossier.

À moins qu’il ne soit pas enterré ; et pour cela, il faut que les Français en parlent. Ils sont en droit d’exiger la transparence et la vérité d’un président qui en a fait un thème de campagne. Comme ils sont en droit d’exiger que la situation de Valérie Trierweiler soit clarifiée, avec les conséquences que cela implique.

En guise de transparence, François Hollande entretient savamment sur ces deux sujets un flou artistique. Pas étonnant de la part d’un président qui affirme encore que la courbe du chômage s’inversera en 2013 et que la croissance reviendra prochainement.  http://www.contrepoints.org/2013/07/19/131281-cahuzac-hollande-savait

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s