Ça commence toujours avec le « dérisoire », parole de Persane…

Ça commence toujours avec le « dérisoire », parole de Persane…

L’été fut chaud. A la touffeur de la température correspondit l’épaisseur insoutenable d’un costume de bain féminin, pour le moins encombrant! La France, comme oisive, s’adonna à plein cœur à des polémiques virulentes, la marque même d’une société intranquille, peu sûre de ce qui fait sa substance: une République laïque, démocratique et sociale. Des maires prirent des arrêtés mal fagotés, trois juges -tous hommes dont l’impartialité de l’un est pour le moins questionnable (voir Serge Sur, « L’ordonnance du 26 août sur le burkini ne règle rien », Le Monde 28-29 août 2016)- apportèrent une décision controversée, le tout baignant dans une mauvaise soupe où surnagent les inquiétudes légitimes des uns et les velléités souterraines des autres.

En toile de fond, les premiers pas d’un processus si indispensable, celui de doter l’Islam de France, d’un statut acceptable et accepté par tous, à travers une Fondation profane à but « culturel » dont le président pressenti est Jean-Pierre Chevènement, ancien ministre de l’Intérieur, républicain sans faille, laïc incontestable, et une association « cultuelle » de la loi de 1905 dirigée par des responsables musulmans. Soulignons que le choix des mots ne doit laisser place à aucune confusion, l’islam reste et restera toujours d’Arabie par ses origines; ce que nous devons inventer est un islam « français », répondant aux besoins des Français musulmans en particulier et à la tranquillité de tous les Français en général. Pourquoi répéter ce que tout le monde sait, me diriez-vous? Parce que ce « tout le monde » incarné par des internautes, amateurs de « railleries » bourdonnantes, relayées même par des médias sérieux (Le Monde, 31 août 2016, en « encadré ») s’est moqué de la compétence du président pressenti. Il aurait « connu » les pays arabo-musulmans (dont l’Iran), « il y a 40 ans ».

Après le « mauvais procès » du burkini, nous voici devant une mauvaise foi qui n’augure rien de bon pour la réussite de l’entreprise. Qu’a dit Jean-Pierre Chevènement au journaliste Patrick Cohen, sur l’antenne de France Inter le 29 août 2016, sinon que dans le monde musulman qu’il a connu autrefois, il y a longtemps, les femmes pour la plupart n’étaient pas voilées -je peux l’attester pour l’Iran- et il a ajouté une date que ni le journaliste, ni les auditeurs inattentifs n’ont relevée: 1979. Et ce n’est pas tombé dans l’oreille d’une sourde.

Iranienne par ma naissance et mes ancêtres, déjà Française par la langue, ma « patrie personnelle », exilée puis « adoptée » par la France, selon la phraséologie de 1789, je sais d’expérience -une expérience dont je me serais volontiers passée- le poids tragique de cette année funeste sur la suite des événements dans le monde et sur la situation des femmes dans les pays musulmans. Et je ne suis certainement pas la seule à le ressentir! Nous Iraniens croyions en 1979 dans notre aveuglement que les mollahs et les ayatollahs étaient des ignorants incapables de gouverner et que très tôt le pouvoir passerait à des civils plus ou moins démocrates.

Qui aurait cru dans un Iran où des femmes occupaient de hautes fonctions -ministres, parlementaires, ambassadeurs, magistrats (l’islam l’interdit aux femmes), avocats, journalistes, professeurs des universités- que l’on assisterait au grand enfermement et envoilement des femmes, on lapiderait, on décapiterait, on répudierait, bref on asservirait les femmes. Et ce ne vint pas d’un coup! Quand Khomeyni débarqua à Téhéran, il n’était pas encore question d’obligation de voile et de soumission. Le poison fut instillé par petites doses, avec un art consommé de duplicité. Et voilà pourquoi, au bout de deux trois ans, la femme iranienne devint muette et couverte! Dupes que nous fûmes!

Ils nous ont bien eues et cela fait près de quarante ans, comme l’a dit justement Jean-Pierre Chevènement. Nous avions fait « fausse route » pour reprendre l’expression d’Elisabeth Badinter, méconnaissant le message politique véhiculé par ces bouts de chiffon « dérisoires ». Certaines allèrent jusqu’à rappeler que les femmes avaient été dévoilées par la volonté despotique du père du dernier Shah: après tout, pourquoi se formaliser puisqu’elles avaient été libérées d’une monarchie honnie qui interdisait les libertés politiques? Mais elle reconnaissait les libertés individuelles, celles du quotidien, régissant le mode de vie et les relations sociales. Au « despotisme de la liberté », d’aucunes préférèrent la « servitude » consentie. Pourtant nul n’ignorait le Coran et la Charia enseignés pendant les six premières années scolaires. Tous avaient en tête la première Révolution iranienne dite « la Révolution constitutionnelle » (« Mashrouteh ») qui triompha d’un clergé favorable à un régime selon la Charia (« Mashroueh »). 1979 fut la « contre-Révolution » de 1906, la revanche des clercs et parmi eux les plus rétrogrades. A partir de là, pays après pays, ceux qui affichaient une teinture de progrès et de laïcité, tombèrent dans l’islam rampant puis conquérant. Devançons l’objection facile d' »occidentalisation » -tare suprême, il s’agit pourtant de vos fameuses « valeurs » !- forcée. Savez-vous pourquoi des parents, aussi les miens, optèrent pour une double éducation orientale et occidentale? Point par mépris des traditions mais pour que nous puissions, armés d’une culture plurimillénaire et enrichis des atouts de la civilisation européenne, vous « tutoyer », oui, vous « tutoyer », être vos égaux.

« L’identité française ne peut être « heureuse » en ce moment ni dans un futur proche. Elle n’est pas toute « malheureuse », elle n’est pas encore devenue « mineure » ni tout à fait docile. C’est plutôt une « identité soucieuse » et l’islamophobie reprochée n’est, comme l’étymologie l’indique, que « la peur de l’islam » et non une haine à son endroit. »

Revenons à la France où par un travail de sape assidu et continuel, les communautés dominent la société où se partagent deux populations, l’une minoritaire qui se veut « créancière », pour des raisons coloniales, de plus en plus revendicative, l’autre majoritaire proclamée « débitrice »,définitivement fautive et repentante. La première porte ses racines bien en évidence, tels des banyans, la seconde cache les siennes. Aucun signe n’est « dérisoire ». Le grand poète de Shiraz, Hâfez, désigne le chapelet comme « le signe avant-coureur de l’armée de l’hypocrisie », qu’il échange volontiers contre « une coupe de vin ». In vino veritas? La société française n’a plus l’audace du poète persan. Son identité ne peut être « heureuse » en ce moment ni dans un futur proche. Elle n’est pas toute « malheureuse », elle n’est pas encore devenue « mineure » ni tout à fait docile. C’est plutôt une « identité soucieuse » et l’islamophobie reprochée n’est, comme l’étymologie l’indique, que « la peur de l’islam » et non une haine à son endroit. Foi de Persane, il y a franchement de quoi! On peut y perdre un « cher et vieux » pays…http://linkis.com/huffingtonpost.fr/yo5RG

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s