LE BURKINI N’EST PAS UN SIMPLE VÊTEMENT MAIS UN UNIFORME POLITIQUE

LE BURKINI N’EST PAS UN SIMPLE VÊTEMENT MAIS UN UNIFORME POLITIQUE

Je ne voulais vraiment pas en parler, tant le sujet relevait pour moi de l’évidence. Apparemment, à part chez quelques individus et veilleurs indépendants, toute pensée un tant soit peu cohérente a été définitivement anéantie dans la sphère politico-médiatique.

La question du burkini n’est en rien un débat sur la liberté de choix, sur la tolérance de nos sociétés, sur « le droit à s’habiller comme l’on veut », comme j’ai pu le lire sous la plume de quelques ravis de la crèche néo-libéraux ou socialistes.

Placer la discussion sur ce terrain serait revenu à défendre en 1933 le droit aux fringants jeunes gens nommés les SA de porter ces jolis brassards ornés d’une croix gammée, comme s’il s’agissait d’un simple choix vestimentaire.

Le burkini n’est ni un choix vestimentaire parmi d’autres, ni un signe religieux, ni même un vêtement propre aux femmes d’une communauté. Le burkini est un uniforme, un vêtement de combat d’une armée totalitaire en ordre de bataille, ne rêvant que de faire la peau à l’occident et plus généralement d’écraser tous ce qui n’est pas eux. Qui plus est, ces rêves de destruction et de domination sont devenus leur seule raison d’être et le seul moteur de leur existence, sans qu’aucun accomplissement positif ne vienne s’y glisser.

L’armée totalitaire est bien organisée, coordonnée, dispose de plans et d’instructions précises. Autour d’eux, tous les musulmans ne font pas partie des troupes de choc comme tous les allemands n’appartenaient pas aux SA. Mais c’est maintenant la majorité d’entre eux qui éprouve une sympathie pour les meneurs, tout comme à un certain point, une majorité d’allemands avait fini pas basculer : il faut avoir le courage de le dire.

Trop de silence, d’inaction et de victimisation complices valent collaboration : le non soutien des musulmans aux islamistes ne redeviendra crédible que lorsqu’ils cesseront de se déclarer seulement inquiets pour eux-mêmes lorsqu’un homme chinois a été battu à mort, un enfant juif tué d’une balle dans la tête à bout touchant, des centaines d’innocents écrasés ou égorgés et torturés. Egalement qu’ils cessent de trouver des excuses ou circonstances atténuantes aux exécuteurs.

Enfin lorsqu’ils assumeront leur propre devoir, c’est-à-dire celui de prendre les armes et de corriger eux-mêmes sévèrement ceux qui emploient leur religion comme instrument du nouveau totalitarisme. Ne pas voir que nous en sommes arrivés là, c’est vivre dans de très rares cercles privilégiés, préservés aussi bien de cette réalité que de celle du « peuple qui empeste » et les empêche de vivre dans leurs rêves.

Placer le débat sur le plan des libertés politiques et des libertés de l’individu est proprement hallucinant, et ne peut être défendu que soit par quelques ravis de la crèche néo-libéraux, soit par des pré-collabos de l’islamo-gauchisme émargeant chez Edwy Plenel, au PIR ou au NPA. Il est cocasse de voir les néo-libéraux communier ainsi avec le gauchisme radical, mais cela n’est en rien surprenant : le relativisme moral généralisé de 1968 a finalement bien transmis ses gènes à ses deux rejetons préférés. Que les soi-disant « libéraux » évoquant les mânes de Von Mises à tout bout de champ se rappellent ce que Von Mises a dû fuir et comment les épisodes de sa vie se sont enchaînés.

Certains principes ne se négocient pas, ne se soumettent pas à la marchandisation. Car électoralement, le salafisme possède une valeur marchande élevée, même pécuniaire par le sponsoring actif des pétromonarchies. Le libéralisme politique n’a jamais consisté à laisser à la « régulation par le marché des idées» le jugement à porter sur des idéologies inacceptables : être nazi ou raciste n’est pas une opinion mais un délit, il devrait en être de même du salafisme.

L’exemple du scénario corse aurait pourtant dû ouvrir les yeux à certains. La petite virée en burkini n’était pas un festival de choix vestimentaires de femmes entièrement libres de leurs actions. Elle était accompagnée d’une privatisation de la plage occupée et d’une interdiction ne serait-ce que de regarder ce territoire conquis, jusqu’à usage de la violence.

Ne pas voir que les significations charriées par le burkini sont immanquablement associées à cette mentalité d’intimidation et de guerre de territoire est le degré zéro de l’analyse politique. Certains vêtements et accessoires ont des sens symboliques extrêmement forts, qui font qu’ils ne sont plus précisément de simples vêtements. Les voir sous l’angle du goût et de l’habillement nous ramène à ce lâche credo du « pas d’amalgame », pensant naïvement que pour la plupart des musulmans, il ne s’agit que d’affaire de goût et de fripes.

Il y a sans doute eu des inconscients pour penser que lorsqu’un allemand prêtait allégeance à la croix gammée dans son habillement, il pouvait ne rien avoir de commun avec les méchants excités qui se livraient à toutes les exactions dans les années 1930.

La défense des libertés civiques n’a jamais consisté à autoriser n’importe quoi, en particulier lorsqu’il s’agit de menaces claires comme de l’eau de roche. Il est pénible de devoir rappeler la simple définition : « la liberté s’arrête là où commence celle des autres », pourtant à la base de toute liberté politique digne de ce nom, mais la bouillie mentale de la pensée dominante ignore ces principes élémentaires.

Le propre du post-modernisme est de penser la liberté comme une palette de nombreux choix indifférenciés, c’est-à-dire une absence de choix véritable. Le relativisme moral ne mène pas à la liberté mais à l’insipide, puis par voie de conséquence à l’aveuglement et à la passivité, préparant toutes les servitudes.

 

En savoir plus sur http://lagauchematuer.fr/2016/09/02/le-burkini-nest-pas-un-simple-vetement-mais-un-uniforme-politique/#qdy1JUvugXJCZV5U.99

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s