Pro et anti-Macron, la guerre des éléments de langage

JE SATURE DE MACRON , RAS LE BOL DE CE PETIT ARRIVISTE AUX DENTS LONGUES A RAYER LES PARQUETS , IL M INSUPPORTE,  MARRE DE LUI A UN POINT QUE CHAQUE FOIS QUE JE LE VOIS J AI LA NAUSÉE .

Pro et anti-Macron, la guerre des éléments de langage

Gare à l’impréparation : après la démission de Macron, la gauche et le ministre sortant s’écharpent par voie de presse. Les deux camps ont donc affûté leurs éléments de langage respectifs, transmis aux députés chargés disséminer ces messages dans les médias.

Même quand on s’appelle Emmanuel Macron, on ne démissionne pas sans assurer ses arrières. Pour sa sortie du gouvernement, promise à beaucoup de bruit mais aussi à de nombreuses réactions négatives à gauche, l’ancien locataire de Bercy avait fait appel à soigneusement préparé son scénario.

Les raisons de la démission

Dans un document intitulé « L’histoire d’un choix » et publié par le scan politique du Figaro, les communicants rassemblés par Macron ont donc bétonné le discours de sortie du gouvernement. Quatre pages qui déroulent un scénario destiné à donner une lecture bien définie des événements.

On peut notamment y lire qu’Emmanuel Macron est entré au gouvernement « pour réformer et agir », avant de faire face à « deux divergences de fond » avec Hollande et Valls, sur le terrorisme et la déchéance de nationalité d’une part, et l’abandon de la loi Macron 2 au profit de la loi El Khomri. Selon le récit que font a posteriori les communicants, c’est pour cela que Macron choisit ensuite de lancer un mouvement : « pour créer une dynamique qui permette de continuer à réformer ».

Enfin, trois raisons – des « constats objectifs » – sont avancées pour étayer la démission de Macron. Un, « les années électorales ne sont pas celles qui servent à lancer des réformes d’ampleur (…) ». Deux : « à l’inverse, c’est dans ces périodes-là que les débats structurants peuvent et doivent être menés (…) ». Trois : « la dynamique d’En Marche! a pris ». Suite logique : démissionner pour se consacrer à plein temps au mouvement.

Lire aussi : Trois scénarios pour Emmanuel Macron après sa démission

Service après-vente

Le service après-vente est également assuré : quatorze questions-réponses à destination des soutiens d’Emmanuel Macron pour qu’eux aussi, parlementaires et élus locaux qui soutiennent désormais Macron, puissent renforcer le récit qu’il tente de bâtir autour de son départ et de ses ambitions. Extrait : « Emmanuel Macron est-il candidat à la présidence de la République? » « La question des hommes ne se pose pas maintenant, c’est celle des idées qui nous intéresse. (…) La question de l’incarnation viendra après celle du diagnostic (en septembre) et des propositions (tout au long de l’automne) », est-il indiqué.

Il est également demandé aux soutiens de répondre à ceux qui l’accusent de désertion, parmi lesquels Manuel Valls ce mercredi, que « c’est le contraire d’une désertion: c’est un nouveau combat ».

De l’autre côté, les textos irrités de Cambadélis aux élus PS

Que les élus de gauche qui ne soutiennent pas Macron ne soient pas jaloux : le premier secrétaire du PS a fait circuler un texto incendiaire avec d’autres éléments de langage, cette fois pour dézinguer Emmanuel Macron dans les règles. Une démission d’une « déloyauté extrême vis-à-vis du président de la République qui lui avait donné sa confiance » ; Macron, un « participant de la décomposition politique à l’oeuvre » avec une attitude « déloyale, malhonnête et sans perspective » : « voilà le discours » à tenir « pour la presse ».

Lire aussi : Valls sur la démission de Macron : « Moi, j’ai un principe, c’est la loyauté »

« C’est la vieille politique des élites qui veulent dissoudre le peuple qui ne comprend pas les enjeux. Macron veut empêcher le président de se présenter. Collomb [maire de Lyon et soutien de Macron, NDLR] veut le faire par une substitution sondagière. Macron veut une destruction du PS au profit d’une union nationale autour de lui. Il vient de renforcer notre conviction collective. Le président doit etre candidat et il sera candidat quoiqu’il en coûte », conclut Cambadélis dans son sms fleuve.

Alix Hardy – leJDD.fr

 http://www.lejdd.fr/Politique/Pro-et-anti-Macron-la-guerre-des-elements-de-langage-806575

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s