Enregistrements : les proches de Pécresse et de Juppé sonnent la charge contre Wauquiez

Enregistrements : les proches de Pécresse et de Juppé sonnent la charge contre Wauquiez

LE SCAN POLITIQUE/VIDÉO – Dans la deuxième salve d’enregistrements, le patron des Républicains s’en prend directement à la présidente de la Région Île-de-France et au maire de Bordeaux.

«Le nombre de conneries qu’elle peut faire…» Ces mots, destinés à Valérie Pécresse, n’occupent que quelques secondes dans la deuxième salve d’enregistrements diffusés lundi par Quotidien, dans laquelle Laurent Wauquiez dézingue tous azimuts. En l’occurrence, le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes y tacle l’initiative de son homologue d’Île-de-France de permettre à des élèves de classes préparatoires littéraires de passer des concours d’écoles de commerce.

Une pique qui ne passe pas auprès des ténors du mouvement Libres! fondé par Valérie Pécresse et dont l’organigramme a été révélé récemment. À commencer par Florence Portelli, ex-concurrente de Laurent Wauquiez pour la présidence des Républicains en décembre dernier. Sur Twitter, la maire de Taverny a immédiatement défendu sa nouvelle cheffe: «Permettre aux élèves des filières littéraires de passer les concours des écoles de commerce serait une ‘connerie’? Cela a contribué à revaloriser ces filières et à ne pas sélectionner uniquement sur les maths.» Et la secrétaire générale de Libres! de distinguer son mouvement de LR, comme pourrait le faire, finalement, l’UDI.

«Des petites phrases qui fragilisent le rassemblement»

Florence Portelli ne fut pas la seule à dénoncer les propos tenus par Laurent Wauquiez devant ses élèves de l’EM Lyon. Robin Reda, à la fois député LR de l’Essonne et porte-parole de Libres!, a également rendu hommage à Valérie Pécresse. Se revendiquant «khagneux récidiviste», il remercie l’ancienne ministre de l’Enseignement supérieur d’avoir permis à ses «ami(e)s littéraires» d’effectuer des «scolarités brillantes débouchant sur de belles carrières».

» LIRE AUSSI – Six leçons de communication à tirer de la polémique Wauquiez

Le jeune patron du groupe LR à la Région Île-de-France, Othman Nasrou, vice-président du mouvement, est également un fidèle de Valérie Pécresse. Tout en félicitant celle-ci, il déclare regretter les «petites phrases gratuites qui fragilisent le rassemblement».

Lors du premier Conseil national de LR organisé sous la présidence Wauquiez, à la Mutualité fin janvier, son ancienne collègue du gouvernement Fillon avait été huée à la tribune par une partie des militants présents. Elle y avait défendu l’existence de «deux droites (…) réconciliables». Les enregistrements du patron de la Région Auvergne-Rhône-Alpes risquent encore de retarder le rabibochage.

«Il a juste balancé une saloperie»

À Bordeaux, des adjoints d’Alain Juppé sont également montés au créneau pour défendre leur patron. Le premier fut Nicolas Florian, adjoint aux finances de la Ville, particulièrement «choqué» par les propos de Laurent Wauquiez sur la «caisse» bordelaise, que l’ancien premier ministre aurait «cramée» selon lui. «Porter un jugement sur les finances de la mairie de Bordeaux sans en connaître les tenants et les aboutissants, c’est fort de café», a déclaré l’adjoint au micro de France Bleu Gironde.

«Cramer les caisses de la ville? C’est quoi cette terminologie? On ne brûle pas les billets à Bordeaux. On investit. Je dois dire que je suis un peu meurtri par cette déclaration à l’emporte-pièce», a-t-il fulminé. Au-delà de la question des finances, Nicolas Florian regrette que Laurent Wauquiez passe autant de temps «à taper sur ses amis».

Fabien Robert, adjoint MoDem et proche d’Alain Juppé, est allé un cran au-dessus. Qualifiant de «malsain et haineux» les propos du président de LR auprès de l’AFP, l’élu centriste l’a accusé d’avoir «juste balancé une saloperie parce qu’il règle ses comptes avec Alain Juppé qui a pris ses distances avec Les Républicains».

L’accusation formulée par Laurent Wauquiez n’est pour autant pas anodine. En janvier, un rapport assez sévère de la Chambre régionale des comptes (CRC) de Nouvelle-Aquitaine avait épinglé certaines pratiques budgétaires et comptables de la municipalité de Bordeaux. Selon des fuites parues en janvier dans Sud-Ouest, la mairie aurait dissimulé son endettement, malgré la réalisation de grands projets comme le stade Matmut-Atlantique, la Cité municipale et la Cité du vin. Des critiques immédiatement réfutées à l’époque par l’équipe Juppé.

Publicités

Viktor Orban accuse la France de favoriser “le déclin de la chrétienté et la diffusion de l’islam”

MONSIEUR ORBAN A RAISON !!

AVEC MACRON QUI FAIT ALLIANCE AUX FRÈRES MUSULMANS,   RECONNUE DE PAR LE MONDE COMME LA PIRE ORGANISATION TERRORISTE ,  CHASSÉ DE PARTOUT     DANS LE MONDE,  MACRON COPINE AVEC METTANT LA FRANCE EN GRAVE DANGER  , HONTE A MACRON QUI COLLABORE AVEC L ENNEMI……..

Viktor Orban accuse la France de favoriser “le déclin de la chrétienté et la diffusion de l’islam”

Identité. Le Premier ministre hongrois souhaite la constitution d’une large alliance de pays européens contre l’immigration.

Nouveau cri d’alarme de Viktor Orban. « La situation est que le danger auquel nous devons faire face vient de l’Ouest, des politiques de Bruxelles, Berlin et Paris. Ils veulent que nous adoptions leurs politiques qui ont fait de leurs pays des pays d’immigration, et qui ont amené par là le déclin de la chrétienté et la diffusion de l’islam », a déclaré le Premier ministre hongrois, dimanche, à l’occasion du lancement par son parti conservateur, le Fidesz, de la campagne pour les élections législatives du 8 avril, rapporte la radio belge RTBF.

« La chrétienté est le dernier espoir de l’Europe. » Lors de son discours annuel sur l’état de la nation, prononcé devant ses militants, Orban a souhaité la constitution d’une large alliance de pays contre l’immigration et critiqué l’Europe occidentale, devenue une « zone immigrée, un monde à la population mixte qui prend une direction différente de la nôtre ». Avant de s’en prendre au milliardaire George Soros : « Bien sûr, nous combattrons et nous utiliserons tous les recours juridiques possibles. Le premier est notre loi anti-Soros ».                

Le nouveau projet de loi, du nom de l’homme d’affaires progressiste américain d’origine hongroise qui finance la cause des réfugiés et défend l’ouverture des frontières, prévoit que les ONG qui aident les migrants reversent 25% de ces fonds sous forme de taxe à l’Etat et soient soumises à des contrôles drastiques de la part des autorités. « Partout, (Soros) veut qu’on accepte l’immigration. Ça ne marchera pas. Nous ne sommes pas seuls, nous combattrons ensemble (…) et nous vaincrons », a affirmé le Premier ministre.

« Soros nous a non seulement contrarié mais aussi l’Angleterre, le président Trump et Israël. Il veut que de tous côtés la migration soit acceptée. Ça ne marchera pas. Nous ne sommes pas seuls et nous nous battrons ensemble pour stopper le plan Soros présenté à Bruxelles et à l’ONU. Et nous réussirons si nous avons assez d’alliés. Je suis sûr que nous le ferons », a-t-il poursuivi, selon la radio belge. « Nous ne pensons pas que la lutte est désespérée. Au contraire, nous allons gagner […]. Ce n’est donc pas trop tard », a conclu Viktor Orban…………..

https://www.valeursactuelles.com/monde/viktor-orban-accuse-la-france-de-favoriser-le-declin-de-la-chretiente-et-la-diffusion-de-lislam-93375

Un député LR fustige l’interdiction pour les LREM de signer des amendements d’autres groupes

Le député LR Aurélien Pradié s’indigne de l’interdiction faite aux élus LREM de signer des amendements d’autres groupes, sous peine de sanctions, y voyant une « violation de la liberté de conscience et d’action », dans un courrier au président de l’Assemblée, qu’il exhorte à agir.

La Constitution consacre le droit d’amendement des députés, avec de possibles « restrictions extrêmement limitées », rappelle cet élu du Lot dans sa lettre adressée à François de Rugy (LREM). Il affirme avoir pris connaissance avec « une certaine stupéfaction » et « une inquiétude réelle » d’un article du règlement interne du groupe majoritaire, en vigueur depuis le mois de juillet.

Il est signifié dans cet article que les députés membres du groupe LREM ou apparentés « ne cosignent aucun amendement ou proposition de loi ou de résolution issus d’un autre groupe », sous peine de sanctions.

En cas de « manquement aux dispositions du règlement, aux valeurs de la déclaration du groupe ou de faute grave », le président convoque l’intéressé et entend ses observations, peut le déférer devant le bureau du groupe, lequel, après avoir entendu l’intéressé, peut prendre des sanctions pouvant aller jusqu’à l’exclusion définitive, selon un autre article du règlement.

L’interdiction de cosigner des amendements est « une folie » et « une violation manifeste de la liberté de conscience et d’action des députés », juge M. Pradié. Et « le président de l’Assemblée, par-delà son appartenance politique, se doit d’être le premier garant de la liberté d’action constitutionnelle qui revient à chaque député de la nation » et doit empêcher qu’une « limite soit dépassée », écrit-il.

« L’Assemblée nationale n’est pas la cour du Roi », plaide encore cet élu de droite, demandant « combien de grandes lois de la République n’auraient jamais vu le jour ni positivement évolué sans l’action de députés libres » et si le souhait pour l’avenir est d’avoir « un +Parlement Darty+ seulement chargé d’assurer le service après-vente d’un président ».

 

 

http://www.lepoint.fr/politique/un-depute-lr-fustige-l-interdiction-pour-les-lrem-de-signer-des-amendements-d-autres-groupes-25-10-2017-2167399_20.php

Augmentation de la CSG : fonctionnaires, attention, votre fiche de paye baissera encore plus en 2020 !

⚡🇫🇷INFO – Bombe à retardement titre Marianne pour les fonctionnaires à propos de la . Le montant sur la fiche de paye des agents va baisser les prochaines années. Réaction d’une source gouvernementale au journal: « vous avez malheureusement raison ».

Augmentation de la CSG : fonctionnaires, attention, votre fiche de paye baissera encore plus en 2020 !

Le gouvernement a mis en place depuis le 1er janvier 2018 une indemnité destiner à compenser à l’euro près l’augmentation de la CSG sur la fiche de paye des fonctionnaires. Mais dans deux ans, le montant de la compensation sera… gelé ! Année après année, le salaire des agents de la fonction publique va donc recommencer à s’éroder.

Décidément, l’ère Macron promet d’être glaciaire pour les fonctionnaires. Après le gel rétabli de leur point d’indice qui empêche toute augmentation automatique de leur fiche de paye, le gouvernement leur a prévu un autre gel dont il ne s’est pas vanté. En examinant de près les mesures prises pour compenser l’augmentation de la CSG depuis le 1er janvier 2018, on découvre en effet un détail préoccupant pour les agents du service public…

Pour rattraper « à l’euro près » le manque à gagner induit par la hausse de la CSG d’1,7 point, le gouvernement leur a concocté quelques aménagements de la fiche de paye, dont principalement la création d’une « indemnité compensatrice ». Maigre consolation, déjà : alors que les salariés du privé bénéficient de leur côté d’une baisse de cotisations qui aboutit à un gain de salaire net, l’opération est simplement neutre pour les agents du service public. Enfin, pas si neutre que ça…

« Vous avez malheureusement raison »

Comme nous vous l’expliquions dans un précédent article, l’indemnité compensatrice est en effet calculée sur le salaire de l’année précédente, alors que la CSG l’est sur la paye actuelle. Pour ceux qui entretemps ont passé un échelon, cela fait donc quelques euros de différence chaque mois. Mais ce n’est pas tout : à partir du 1er janvier 2020, la manière de calculer l’indemnité compensatrice va changer. Elle sera alors gelée en un montant fixe, qui n’accompagnera donc plus les prochaines hausses de rémunération.

Conclusion : en actant le gel en 2020 de l’indemnité compensatrice à un montant fixe, le gouvernement prévoit en fait de la rendre… de moins en moins compensatrice. Pour les fonctionnaires, c’est donc une perte à retardement de pouvoir d’achat qui est a été déclenchée. Marianne a soumis cette remarque à une source gouvernementale chargée du dossier de la fonction publique. Manifestement embarrassé, notre interlocuteur nous a répondu : « Vous avez malheureusement raison« . 

 https://www.marianne.net/economie/augmentation-de-la-csg-fonctionnaires-attention-votre-fiche-de-paye-baissera-encore-plus-en?utm_term=Autofeed&utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#link_time=1519131077

S’engageant aux côtés des Frères musulmans et du Qatar, Macron recevra l’émir qatari à Paris

MACRON LE COLLABO LÉCHÉ BABOUCHE MACRON QUI DÉTRUIT LES CLASSES MOYENNES POUR  AIDER LES RACAILLES ET LES MIGRANTS ILLÉGAUX ,  CE MEC  EST LE PIRE DICTATEUR AU MONDE ,  LAISSEZ LE ENCORE AU POUVOIR ET VOUS AUREZ LA 3 GUERRE MONDIALE ,   POTE DES ISLAMISTES  RADICAUX COMME LES » FRÈRES MUSULMANS LA PIRE ORGANISATION TERRORISTE CHASSÉE DU MONDE ENTIER QUE MACRON   AIDE ET ADORE  »’ A  VOMIR VOUS AVEZ ÉLU UN  TYPE HORRIBLE

S’engageant aux côtés des Frères musulmans et du Qatar, Macron recevra l’émir qatari à Paris

BREIZATAO – ETREBROADEL (15/06/2017) Le gouvernement français continue d’appuyer le Qatar et les Frères Musulmans. Après un vidéo-conférence avec l’émir du Qatar et le président islamiste turc Recep Tayyip Erdogan (voir ici), le président français recevra en juin le chef de l’émirat à Paris.

I24 (source) :

Le président français Emmanuel Macron rencontrera à Paris, séparément et d’ici fin juin, l’émir du Qatar et le prince héritier d’Abu Dhabi à propos de la crise dans le Golfe, a indiqué l’Élysée en marge d’une visite du chef de l’État au Maroc. Il les rencontrera la dernière semaine de juin, dans le cadre de ses efforts pour une désescalade de la tension dans la région où le Qatar a été accusé par ses voisins de soutenir « le terrorisme », selon cette source.

Le gouvernement français a noué une alliance avec l’émirat gazier, un des principaux sponsors de l’organisation islamiste radicale des Frères Musulmans, Hamas palestinien inclus. L’AKP au pouvoir en Turquie, lui aussi affilié à la confrérie radicale, appuie l’Etat Français dans son soutien au Qatar.

Ce dernier est isolé depuis la décision de ses voisins arabes, sur pression de la Maison Blanche, de rompre leurs relations diplomatiques.

 http://breizatao.com/2017/06/15/sengageant-aux-cotes-des-freres-musulmans-et-du-qatar-macron-recevra-lemir-qatari-a-paris/

France : Le seul accueil des clandestins mineurs s’élèvera à 1,5 milliards d’euros en 2018 (50,000 euros par individu)

France : Le seul accueil des clandestins mineurs s’élèvera à 1,5 milliards d’euros en 2018 (50,000 euros par individu)

BREIZATAO – POLITIKEREZH (16/02/2018) L’invasion migratoire en provenance du monde afro-musulman va si vite que les caisses sociales des départements français sont en train d’imploser. Le seul accueil des mineurs clandestins – qui n’intègre pas l’immigration clandestine adulte ou légale – atteint désormais 1,5 milliards d’euros par an.

La courbe est exponentielle. De l’aveu même des départements, le coût de la prise en charge des mineurs étrangers non accompagnés (MNA) ne cesse d’augmenter. Compte tenu du nombre d’accueils enregistrés chaque semaine, les collectivités estiment que la facture pourrait atteindre 1,5 milliard dans six mois, alors qu’elle était évaluée à 1 milliard en septembre dernier.
Le coût de la prise en charge d’un mineur étranger au titre de l’aide sociale à l’enfance (ASE) atteint 50.000 euros par jeune et par an, alors que la contribution de l’État ne dépasse pas 1250 euros par mineur. Chaque année, les départements assument ainsi 25.000 cas, soit 1,25 milliard d’euros.

Un clandestin mineur touche donc annuellement de la part du gouvernement français l’équivalent de ce que gagne 2,5 travailleurs payés au SMIC.

Les Bretons, par exemple, ont vu le nombre de clandestins mineurs exploser à Roazhon (Rennes) ou Brest avec des répercussions dramatiques en termes de criminalité, surtout pour ce qui touche au trafic de drogue (lire ici).

Ne pouvant être placés en détention, ils repartent libres au bout de quelques jours et constituent des recrues de choix pour les mafias ethniques qui s’implantent dans les villes françaises et bretonnes pour cette raison précise.

Avec des budgets sociaux déjà largement mis à mal par un endettement massif, les départements ne peuvent faire face à cette situation. Le système fiscal étant en outre centralisé en France, ils sont totalement tributaires des lignes budgétaires du gouvernement central.

 

 http://breizatao.com/2018/02/16/france-le-seul-accueil-des-clandestins-mineurs-selevera-a-15-milliards-deuros-en-2018-50000-euros-par-individu/

« Fainéants », « Kwassa-kwassa »… Macron en huit déclarations polémiques

, , , kwassa-kwassa, ceux qui foutent le … et pourtant n’était pas enregistré à son insu. Qui méprise les Français ?

vec sa sortie à propos de « certains » qui foutent « le bordel » peu après une manifestation de salariés de GM&S, Emmanuel Macron a une nouvelle fois suscité de nombreuses réactions. Rappel des précédentes déclarations polémiques du président. 

En savoir plus sur http://www.midilibre.fr/2017/10/05/macron-en-huit-declarations-polemiques,1570353.php#uZcCfEjfYpJwOeTY.99